Européennes: Renaissance présente son programme

Le 09 mai 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Ils ne sont pas tous là.
Ils ne sont pas tous là.
Renaissance

La liste portée par la République en marche publie un programme fortement teinté de vert.

 

Il ne sera pas dit que la campagne électorale européenne aura été longue. Renaissance a attendu le 8 mai pour présenter son programme, trois semaines à peine avant le scrutin.

En 17 pages, la liste soutenue par LREM et le Modem tente de convaincre les électeurs que l’Europe «doit reprendre le contrôle de son destin». Pas moins de 79 propositions sont affectées à cet objectif, dont une petite vingtaine visent à nous «faire habiter un continent neutre en carbone».

1.000 milliards pour le climat

Parmi les plus spectaculaires, la création d’une banque du climat et la promesse d’investir 1.000 milliards d’euros en quelques années pour décarboner la société. Deux promesses également faites par l’alliance Place Publique-PS-Nouvelle Donne et Europe Ecologie-Les Verts. Comme la France insoumise, les fans de Nathalie Loiseau veulent imposer une taxe carbone aux frontières de l’Union européenne. La taxation frappera aussi le transport aérien.

Pacte européen. Dans un communiqué, les écologistes Gérard Feldzer et Yann Arthus-Bertrand appellent les candidats à s’engager sur 12 mesures environnementales. Dans le lot: l’arrêt des subventions aux énergies fossiles, la fin de l’artificialisation des sols ou la fin de l’utilisation des produits écocides.

Une Europe Renaissance refusera de signer des accords de libre-échange avec les pays n’appliquant pas l’Accord de Paris et projette la fin de l’utilisation des énergies fossiles pour le milieu du siècle.

la PAC sans la PAC

L’agriculture n’a pas été oubliée. La liste macronienne veut sortir l’Europe du glyphosate, comme en France, dès 2021 et diviser par deux l’emploi des pesticides d’ici à 2025. Alors que la prochaine politique agricole commune (PAC) est encore dans les limbes,

Renaissance promet de «défendre le budget agricole» et d’orienter les aides «vers les modèles propres et respectueux du bien-être animal». On sent, là, la patte de l’ex-eurodéputé écologiste Pascal Durand.

plastique et biodiversité

En voulant interdire «le plastique non recyclable d’ici à 2025», les soutiens du président de la République s’engagent finalement à respecter la directive Plastique, adoptée par le Parlement européen le 27 mars dernier.

Très au fait de l’actualité, Renaissance propose enfin de passer de 4 à 30% de zones maritimes européennes protégées. Une proposition déjà faite lundi 6 mai par Emmanuel Macron, lors de la publication du rapport de l’IPBES[1].



[1] IPBES: plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus