Européennes: Dominique Bourg se lie à Delphine Batho

Le 23 novembre 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Jeune retraité, Dominique Bourg s'engage en politique.
Jeune retraité, Dominique Bourg s'engage en politique.
DR

Le philosophe et l’ancienne ministre de l’écologie devraient conduire la liste Génération Ecologie aux élections européennes.

 

Les philosophes prennent parti. Après Raphaël Glucksmann qui, avec son mouvement Place publique, essaime le débat de ses idées économiques, sociales et environnementales, au tour de Dominique Bourg de délaisser les amphis de l’université de Lausanne pour se lancer dans le grand bain de la politique. Contrairement à son jeune challenger, l’auteur d’Ecologie intégrale: pour une société permacirculaire, ne se contentera pas d’égrener les concepts.

affrontement entre écolos et fachos

Il sollicitera le suffrage de ses contemporains. Et sous la bannière de Génération Ecologie (GE), le petit parti écolo, dirigé depuis l’été dernier par la députée Delphine Batho. Interrogé par Le JDLE, ce proche de Nicolas Hulot explique son choix: «Les élections européennes vont être le ring d’un affrontement entre écolos et fachos. C’est le moment ou jamais!»

Manifeste charpenté

Le timing est serré. L’ancienne ministre de l’écologie devrait publier un manifeste «très charpenté» dans le courant du mois de janvier prochain. Dans les semaines qui suivront, militants et compagnons de route du parti créé par Jean-Louis Borloo et Brice Lalonde devront muscler le texte initial pour en faire un véritable programme pour les élections européennes. Démarche qui rappelle les premiers temps de La République en marche, le parti présidentiel. Le parallèle s’arrête là.

libéral et autoritaire

Les grandes lignes de la future plateforme GE ne manqueront pas de faire réagir: «C’est être écologiste que de vouloir resserrer les écarts de richesse», prône Dominique Bourg. Une croissance que ce contempteur de la croissance économique sans limite entend bien réguler sauvagement: «Il faut être libéral sur les questions de société et autoritaire sur les questions économiques et environnementales.» Pas très ‘Macron compatible’, effectivement.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus