Europe: une transition énergétique en demi-teinte

Le 29 mai 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
13 pays de l'UE ne prévoient pas de sortir du charbon.
13 pays de l'UE ne prévoient pas de sortir du charbon.

13 pays de l’UE n’ont toujours pas programmé leur sortie du charbon.

 

Cela n’a pas été sans mal. Les 28 Etats membres avaient jusqu’au 31 décembre dernier pour envoyer à la Commission leur première version de plans nationaux intégrés Energie Climat (Pniec). Certains Etats, dont la France, ont rendu leur copie en retard. D’une durée de 10 ans, ces Pniec doivent permettre d’atteindre, en 2030, les objectifs en matière d'énergies renouvelables et d'efficacité énergétique. Le programme français est fondé sur les projets de programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et de stratégie nationale bas carbone.

Durant tout ce semestre, les services de la Commission ont évalué la qualité de ces plans et la cohérence des différentes politiques mises en œuvre. Le résultat de cet audit doit être publié d’ici le 30 juin.

disparité

Le consultant Sandbag et le Climate Action Network (CAN) ont devancé Bruxelles. Au moins sur un point: la sortie du charbon. Le respect de l’Accord de Paris impose aux pays les plus industrialisés de diviser par plus de 4 leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici à 2050. Impossible dans ces conditions de conserver en vie des centrales au charbon ou au lignite.

Gross Kohle. Sous pression après le score élevé des Verts aux élections européennes, le gouvernement allemand a repoussé au mois de septembre ses décisions sur la politique climatique. Berlin fixera après l'été les mesures attendues dans l'énergie, le bâtiment, l'industrie, les transports et l'agriculture, pour une adoption en conseil des ministres avant la fin de l'année.

Si l’Allemagne dessine tant bien que mal sa stratégie de décharbonnisation de son économie (celle-ci est prévue pour 2038), tous les autres Etats n’en sont pas là. Dans le peloton communautaire, 21 pays (dont la France) brûlent encore du charbon pour produire de l’électricité[1]. Cumulé, ce parc représente une puissance de 143 gigawatts (GW): un peu moins du quart du parc de production de courant tricolore.

60 GW de charbon en 2030

En décortiquant les Pniec, les experts du CAN et de Sandbag ont mis en évidence l’impréparation à la décarbonation de nombre d’Etats européens. «Selon les projets de Pniec, il restera 60 GW de capacité installée au charbon en 2030, une baisse de seulement 58% par rapport à la situation actuelle», notent les auteurs. Si 8 pays ont balisé la fin du charbon d’ici 2030[2], 13 ne prévoient rien de tel.

aides communautaires

Dans ce lot, 8 peuvent prétendre à des aides européennes, via la plateforme des régions charbonnières en transition. Ce n’est pas tout. Dans le cadre du système communautaire d’échange de quotas de GES (ETS), les Etats membres à faible revenu pourront accéder à environ 26 milliards d'euros entre 2021 et 2030 grâce au Fonds de modernisation, nouvellement créé.

A l’issue de son examen, la Commission pourra émettre des recommandations pour améliorer les projets de plans nationaux. Les capitales auront alors jusqu’à la fin de l’année pour modifier en conséquence leur Pniec.



[1] Belgique, Chypre, Estonie, Lettonie, Luxembourg et Malte n’exploitent pas de centrale au charbon.

[2] Autriche, Danemark, Finlande, France, Irlande, Italie, Pays-Bas, Portugal.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus