Europe: moins de biodiversité mais plus de zones Natura 2000

Le 22 novembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La Commission européenne constate, selon de nouveaux travaux de recherche publiés aujourd’hui 22 novembre, que le patrimoine naturel européen accuse une baisse alarmante. La liste rouge européenne, qui fait partie de la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), fournit une évaluation d’une large partie de la faune et de la flore indigènes d'Europe.

Il en ressort qu'une grande proportion de mollusques, poissons d'eau douce et plantes vasculaires entrent désormais dans la catégorie des espèces menacées. L'évaluation de quelque 6.000 espèces révèle que 44% de tous les mollusques d’eau douce, 37% des poissons d'eau douce, 23% des amphibiens, 20% d'une sélection de mollusques terrestres, 19% des reptiles, 15% des mammifères et des libellules, 13% des oiseaux, 11% d'une sélection de scarabées saproxyliques (espèces qui décomposent le bois pour s’en nourrir), 9% des papillons et 467 espèces de plantes vasculaires sont à présent menacés.

Les mollusques d’eau douce constituent pour le moment le groupe le plus menacé. La grande mulette, espèce de moule d'eau douce (Margaritifera auricularia) autrefois répandue, se cantonne désormais à quelques cours d'eau en France et en Espagne. Figurant actuellement sur la liste des espèces en danger critique d'extinction, elle était considérée comme quasiment éteinte dans les années 1980.

«Les chiffres confirment l’état préoccupant des mollusques européens, confirme Annabelle Cuttelod, coordinatrice de la liste rouge européenne de l'UICN. Si l'on considère également le niveau élevé des menaces qui pèsent sur les poissons d’eau douce et les amphibiens, on constate que les écosystèmes d'eau douce européens sont véritablement soumis à des menaces graves qui nécessitent de toute urgence l'adoption de mesures de conservation

Autre espèce très menacée: les poissons d'eau douce, notamment en raison de la pollution, de la surpêche, de la perte d’habitats et de l'introduction d'espèces exotiques. L'esturgeon est particulièrement menacé, 7 des 8 espèces présentes en Europe sont désormais classées en danger critique d'extinction.

Dans la catégorie des plantes vasculaires figurent des espèces sauvages apparentées à des espèces d'élevage qui sont essentielles pour la sécurité alimentaire, mais qui sont néanmoins souvent négligées en termes de conservation. L'espèce Beta patula, en danger critique d'extinction, est une espèce sauvage proche des betteraves cultivées et une source génétique importante pour l'amélioration de la résistance aux virus. Autres plantes cultivées menacées de manière inquiétante: la betterave à sucre, le blé, l'avoine et la laitue, alors qu’elles revêtent une certaine importance économique en Europe.

L’Union relève toutefois quelques bonnes nouvelles. De nombreuses espèces protégées au titre de la directive Habitats de l'UE et incluses dans le réseau de zones protégées Natura 2000 ont aujourd'hui une meilleure chance de survie.

Ainsi, grâce à la protection stricte du seul site connu sur lequel elle est présente, la centranthe à trois nervures(Centranthus trinervis), plante endémique de Corse, a vu son statut passer d'espèce en danger critique d'extinction à espèce menacée.

Autre exemple, le contrôle des espèces envahissantes, qui peuvent être par exemple des plantes, des chèvres ou des rats, a été bénéfique pour la majorité des escargots terrestres menacés à Madère au cours des 10 dernières années.
 
Dans le même temps, la Commission européenne a annoncé lundi 21 novembre l’ajout à son réseau de 166 sites Natura 2000, couvrant près de 18.800 kilomètres carrés, dont 17.000 supplémentaires correspondent à des aires marines protégées.
 
Natura 2000 est un vaste réseau de zones naturelles protégées, destiné à garantir la survie des espèces et des habitats les plus précieux et les plus menacés en Europe. Ce réseau comporte environ 26.000 sites. Plus de 90% de cette superficie supplémentaire seront donc constitués de sites marins, principalement au Royaume-Uni, mais également en Belgique, à Chypre en France, en Grèce et en Italie.
Parmi les ajouts britanniques dans l’océan Atlantique figurent 9 récifs d’eau froide, notamment des récifs au large de l’île de Rockall, riche en coraux, araignées de mer et de nombreuses espèces qui, à ce jour, ne portent pas encore de nom. Dans la région méditerranéenne, les nouveaux sites renforceront la protection d’espèces emblématiques telles que la tortue verte (Chelonia mydas), la tortue caouanne (Caretta caretta) et le phoque moine de Méditerranée (Monachus monachus), qui jouent un rôle-clé dans les écosystèmes qui les abritent.
Au total, le réseau Natura 2000 s’étendra désormais sur près de 18% du territoire terrestre de l'Union européenne, et plus de 145.000 km² de ses mers et océans. Les principaux pays concernés par cette nouvelle extension sont la Belgique, Chypre, la France, la Grèce, la Hongrie, l'Italie, la Lituanie et le Royaume-Uni.
 
Ces extensions amélioreront également la protection d’une série d’habitats terrestres précieux, notamment des tourbières en Lituanie, des plaines de sel en Hongrie et des pelouses calcaires en Italie et à Chypre. Les ajouts couvrent 6 régions biogéographiques: la région alpine, la région atlantique, la région boréale, la région continentale, la région méditerranéenne et la région pannonienne. Les zones protégées sont très diverses, puisqu'elles comprennent aussi bien des prairies florifères que des réseaux de grottes et des lagunes.
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus