Europe: les priorités environnementales de la présidence croate

Le 02 janvier 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Andrej Plenkovi?, premier ministre de Croatie.
Andrej Plenkovi?, premier ministre de Croatie.
DR

Green Deal, PAC, biodiversité, mais aussi financements à moyen terme de l’Europe sont au menu de la présidence croate de l’Union européenne, qui a débuté mercredi 1er janvier.

 

Le semestre qui s’annonce ne sera pas de tout repos pour la diplomatie croate. Le plus jeune des Etats membres de l’Union européenne prend, en effet, les rênes de l’UE pour 6 mois. L’occasion, pour le ministre des affaires étrangères, Goran Grlic Radman, de présenter, ce mercredi 1er janvier, les priorités de la présidence croate du Conseil européen.

Les toutes premières sont dictées par le calendrier politique. Zagreb devra accompagner le Royaume-Uni vers la sortie définitive du bloc européen, cette fois prévue pour le 31 mars prochain.

Autre gros morceau: le cadre financier pluriannuel (CFP). Voilà plus d’un an que les 28 (bientôt 27) peinent à s’accorder sur le budget pour la période 2021-2027. Or, la définition du prochain CFP est déterminante non seulement pour le fonctionnement de la Commission mais aussi pour le financement de programmes communautaires majeurs, telle la politique agricole commune (PAC). Lors du Conseil européen du 13 décembre dernier, les 28 se sont quittés en se promettant «de faire avancer les négociations».

Politique agricole commune

A propos de la PAC, justement, le gouvernement croate promet, là encore, de faire avancer la redéfinition en cours de la plus imposante des politiques publiques communautaires. Parmi les idées évoquées: la paysannerie familiale, l’installation des jeunes agriculteurs, la bio-économie et le développements de «smart villages».

La Croatie entend aussi achever l’esquisse d’une politique forestière communautaire, dont le JDLE vous a présenté les grandes lignes, en décembre. Cette reforestation de l’Europe serait l’un des points forts du «Green Deal», présenté par la présidente de la Commission européenne, le 12 décembre. Encore à l’état de projet, ce pacte vert doit, normalement, être adopté avant la fin du mois de mars. De quoi donner au grain à moudre aux négociateurs encadrés par l’équipe de Croatie.

préservation de la biodiversité

Celle-ci devra aussi achever la rédaction et faire adopter la prochaine stratégie communautaire en faveur de la préservation de la biodiversité. Celle-ci devra, en principe, être présentée à l’occasion du congrès mondial de la nature, qui se tiendra à Marseille, du 11 au 19 juin prochains. Elle sera la position que défendra l’UE lors de la 15e conférence des parties à la convention sur la diversité biologique qui se tiendra en octobre 2020 à Kunming (Chine).

Une première autrichienne! Après avoir gouverné avec des ministres d'extrême droite, le premier ministre conservateur d'Autriche change de cap. Le 1er janvier, Sebastian Kurtz a forgé une alliance avec les Verts, qui obtiennent 4 des 14 ministères du nouveau gouvernement. Présenté le 2 janvier, le programme de cette coalition, inédite dans les annales autrichiennes, prévoit notamment d'atteindre la neutralité carbone en 2040, la production de toute l'électricité nationale à partir d'énergies renouvelables dès 2030 et un vaste plan d'investissement en faveur des transports collectifs. Les Grünen doivent avaliser cet accord au cours d'un congrès extraordinaire, ce samedi.