Europe: la candidate présidente peine à convaincre les eurodéputés

Le 11 juillet 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Faute de temps, Ursula von der Leyen n'a pas pu présenter de programme politique très structuré.
Faute de temps, Ursula von der Leyen n'a pas pu présenter de programme politique très structuré.
DR

 

Auditionnée par les parlementaires européens écologistes et socialistes, Ursula von der Leyen n’a présenté que des idées générales et des esquisses de programme.

Tout avait pourtant bien commencé. C’est avec le sourire que Philippe Lamberts, co-président du groupe des Verts au Parlement européen, a accueilli, mercredi 10 juillet, Ursula von der Leyen candidate désignée par les gouvernements européen au poste de président(e) de la Commission.

Deux heures durant, la ministre allemande de la défense a tenté de convaincre ses interlocuteurs de l’intérêt de son projet politique. Projet qui reste encore à construire puisque l’ancienne ministre des affaires sociales ignorait encore la semaine dernière que se jouait son destin européen.

L’ancienne médecin a d’emblée fixé la priorité de son mandat: ce sera le climat. Ursula von der Leyen estime qu’il faut renforcer les objectifs communautaires, notamment en visant la neutralité carbone d’ici à 2050. «Je veux que l’Europe soit le premier continent neutre en carbone», a-t-elle lancé. En attendant, elle propose de porter à 50% l’objectif de baisse des émissions entre 1990 et 2030: 10 points de mieux que prévu par le paquet hivernal. Mais 5 points de moins que souhaité par le précédent parlement européen.

réviser l'ETS

Comment faire? Ce n’est pas très précis. Toutefois, cette cavalière émérite entend sauter l’obstacle en intégrant dans le système d’échange de quotas d’émission (l’ETS) les secteurs aérien et maritime, ainsi que la mobilité et les bâtiments. À ce dispositif qu’il faut préciser, la patronne de la Bundeswehr (l’armée allemande) veut ajouter une taxe carbone aux frontières de l’Union européenne.

Ce mode de régulation des importations irait toutefois de pair avec la conclusion de nouveaux accords de libre-échange avec d’autres régions du monde.

Accompagnement social de la transition

Témoin des difficultés du gouvernement Merkel à imposer à l’économie allemande la sortie du charbon, Ursula von der Leyen milite pour un accompagnement «social» des régions qui seront les plus touchées par la transition énergétique. «Il faut utiliser les fonds européens pour permettre la transition. Comme nous l’avons fait en Allemagne pour financer la sortie du charbon.» Cette modernisation pourrait être, en partie, financée par la Banque européenne d’investissement (BEI), promue banque du climat.

La passe de 4. Les parlementaires français ont raflé 4 présidences du parlement européen. Karima Delli (Verts) a été reconduite à la tête de la commission transports et tourisme. Pascal Canfin (Renew Europe) a été élu à la présidence de la commission environnement, santé publique et sécurité alimentaire. Le parlementaire d’origine réunionnaise Younous Omarjee (GUE/NGL) a été bombardé à la présidence de la commission du développement régional. Nathalie Loiseau, enfin, a été élue à la présidence de la sous-commission sécurité et défense.

Partisane d’un nouveau leadership allemand sur la place internationale (le «Leading from the center»), la ministre conservatrice entend replacer l’Union européenne au cœur de la scène politique mondiale: «Climat, économie, citoyens nous permettrons de façonner une Europe forte. Préconisons une Europe forte. Plus d’Europe, c’est nécessaire. Nos voisins le veulent.»

pas de PAC

Interpellée à plusieurs reprises sur des questions environnementale, la successeure annoncée de Jean-Claude Juncker a été à la peine. Tancée par le patron des eurodéputés écologistes français, Yannick Jadot, elle est montrée incapable d’énoncer un embryon de politique agricole commune (ce sera pourtant l’un des sujets majeurs de cette mandature): «je vais voir ce qui peut être réformé», s’est-elle contentée de dire. Ursula von der Leyen a eu du mal à répondre aux questions de Karima Delli. La présidente de la commission transports l’a longuement interrogé sur ses projets en matière d’amélioration de la qualité de l’air: «après tous les scandales dans l’industrie automobile, nous devons investir dans la recherche», a-t-elle lâché. Sans plus.

conseil scientifique

Consciente de ses lacunes, la ministre CDU propose la création d’un conseil scientifique pour guider les décisions de la Commission: «nous ne pouvons accepter les produits toxiques. Nous ne devons pas nous battre sur les questions scientifiques. Si ces substances sont toxiques, il faut les éliminer», justifie-t-elle. Oubliant un peu vite les dissensus qui  secouent le monde scientifiques sur les perturbateurs endocriniens, la toxicité de certains pesticides, voire les bébés sans bras.

La réaction des Verts n’a pas tardé. «Nous n’avons entendu aucune proposition concrète de la part d’Ursual von der Leyen […] Or, nous avons été élus pour une mandature de changement et nous ne pensons pas que ce soit possible avec elle. Raison pour laquelle le groupe des Verts a décidé de ne pas soutenir sa candidature la semaine prochaine», a tweeté, dans la soirée, Ska Keller, co-présidente du groupe.

report du vote?

Moins brutaux, les eurodéputés socialistes français appellent,eux, à retarder l’élection. «Pour les eurodéputés français du groupe S&D, le sentiment qui domine après cette audition est qu’Ursula von der Leyen, sortie du chapeau la veille pour le lendemain par les chefs d’État et de Gouvernement, n’était pas suffisamment préparée. La candidate a offert une prestation floue, peu tranchée; elle n’a montré ni accord ni désaccord avec personne ou presque, notamment en matière de climat et d’environnement, sans faire de propositions d’action. D’autres sujets ont été étonnamment absents de son discours de politique générale, comme des propositions sur la question des réfugiés, de Dublin ou de la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales. […] Pour toutes ces raisons, nous demandons un report du vote», indiquent-ils dans un communiqué.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus