EuropaCity: un projet climaticide

Le 29 août 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un projet néfaste pour le climat.
Un projet néfaste pour le climat.
EuropaCity

Le commissaire-enquêteur a rendu un avis défavorable, pointant l’impasse climatique et agricole dans laquelle ces hectares de terres et de béton entraîneraient Gonesse et ses voisins.

Il n’est que consultatif, mais l’avis très critique que vient de rendre le commissaire enquêteur-sur le projet de révision générale du plan local d’urbanisme (PLU) de Gonesse (Val-d’Oise) fournit quelques arguments supplémentaires aux opposants au projet d’EuropaCity. Car ce super-quartier de 80 ha porté par Alliages et Territoires, une filiale d’Immochan (Groupe Auchan) et par son partenaire chinois Wanda, aux portes du Grand-Paris, serait une bien mauvaise opération, tant environnementale qu’économique.

Le Conseil national de protection de la nature (CNPN) a épinglé les mesures de compensation proposées par Vinci dans le dossier du Grand contournement Ouest (GCO) de Strasbourg. Une forêt remarquable grignotée par un ouvrage d’art, un viaduc qui empiète par trop sur une zone humide, des zones d’ombre sur l’acquisition du site militaire qui jouxte l’aéroport d’Entzheim pressenti pour y réaliser une partie des compensations. Enfin, le CNPN pointe les incertitudes qui planent encore sur l’avenir du Grand hamster d’Alsace, très mal en point.     

Contraire aux engagements climatiques de la France

Les termes retenus par le commissaire-enquêteur sont solennels: les impacts du projet vont «à rebours de la volonté d’exemplarité internationale de la France en matière de lutte contre le réchauffement climatique». Idem pour les grandes orientations politiques nationales et internationales en matière de lutte contre la disparition des terres agricoles, qui seraient englouties sous le béton nécessaire à la construction des parcs de loisir, salles de spectacle, espaces commerciaux et chambres d’hôtel prévus dans ce projet.

Le mirage économique

Tout en constatant que la commune de Gonesse est plutôt défavorisée en matière d’accès à l’emploi, le commissaire-enquêteur constate que les objectifs du projet en matière d’emploi «sont peu en phase avec le niveau de formation locale» et déplore que «la création d’emplois et de richesses annoncée [soit] mise à mal par des études extérieures». EuropaCity «pourrait se faire au détriment des activités présentes sur les territoires voisins», qu’il invite à associer davantage au projet.

Sable coquillier en baie de Lannion, suite. Les opposants au projet rencontrent ce 30 août à Bercy le conseiller Industrie de Bruno Le Maire. Après avoir connus 6 ministres en 7 ans, ils ne demandent, lassés, plus qu’une seule chose: quelles dispositions vont-elles être prises pour interdire toute extraction de ce sable recherché en agriculture?

 

Gonesse maintient le cap

Les pistes de réflexion avancées par le commissaire-enquêteur découlent de ces critiques: consommer moins d’espaces agricoles, veiller à ne pas détruire des équilibres socio-économiques existants et, pour coller avec la dimension du projet, l’inscrire à l’échelon intercommunal dans le futur. La mairie de Gonesse n’en a cure. Dans un communiqué, elle estime que «les conclusions du rapport ne sont pas de nature à remettre en cause le principe de l’aménagement du Triangle de Gonesse, ni à même d’entacher la détermination de la municipalité à offrir une meilleure qualité de vie aux habitants de l’est du Val d’Oise en général et aux Gonessiens en particulier». Les opposants, eux, poursuivent leur plaidoyer contre un projet «coûteux et destructeur» et misent sur des alternatives autour de l’agro-écologie.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus