Etude sur les rejets d’anticancéreux dans l’eau

Le 04 juillet 2007 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) réalise actuellement une étude sur la contamination des milieux par des molécules anticancéreuses provenant des rejets hospitaliers et des traitements à domicile. Dans un communiqué du 2 juillet, elle explique que cette démarche s'inscrit dans le cadre d'une convention 2004-2007 avec l'Institut national du cancer (INCa), et vise à évaluer le risque pour la santé de la population lors de la diffusion de ces substances dans l'eau.

Un rapport de synthèse sera publié en fin d'année 2007, incluant l'avis de l'Afsset sur les risques liés aux très faibles doses. La plupart des étapes ont cependant déjà été accomplies. Ainsi, le regroupement de l'état des connaissances des molécules anticancéreuses et l'élaboration d'une grille de critères pour choisir quatre molécules à rechercher dans les eaux usées figurent dans un document d'étape remis en juin 2006. Deux autres de ces documents, datant de janvier 2007, abordent le développement de méthodes analytiques pour déterminer la concentration des molécules en question. Il ne reste que la collecte de données sur les effluents de deux sites hospitaliers de l'agglomération du Grand Toulouse (Haute-Garonne) et de la station d'épuration des eaux correspondante, qui est en cours d'exécution.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus