Etude française sur le Maïs transgénique NK 603 : publication de trois nouveaux avis négatifs

Le 31 octobre 2012 par Foodsafety Vigilance
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Publié le 24/10/2012 par Laurine Arnaud

Nouveaux aliments / OGM > Nouveaux aliments / OGM

Le 19 octobre 2012, trois nouveaux avis négatifs sur l'étude française menée sur la toxicité du maïs génétiquement modifié NK 603 exposé à un herbicide contenant du glyphosate ont été émis respectivement par l'Agence nationale de sécurité des aliments (Anses), le Haut conseil des biotechnologies (HCB) et les Académies nationales d’agriculture, de médecine, de pharmacie, des sciences, des technologies, et vétérinaire. Par ailleurs, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a publié le 23 octobre 2012 un communiqué dans lequel elle indique avoir donné  à l'auteur de l'étude, l’accès à toutes les données disponibles en relation avec l’évaluation qu'elle a réalisée sur cet organisme génétiquement modifié (OGM) en 2003 et 2009.

Les trois avis précités concluent que les résultats de l’étude française ne sont pas de nature à remettre en cause les précédentes évaluations réglementaires sur ces produits. Sur cette base, il n’y a donc pas lieu de revenir sur les autorisations accordées au maïs NK603 et à l’herbicide ayant fait l'objet de l'étude.
 
Pour le HCB, "l’article, essentiellement descriptif, ne permet d’établir aucune relation de causalité entre des événements observés durant l’étude et la consommation de maïs NK603, traité ou non avec du Roundup®".
 
L’Anses pointe quant à elle une incohérence biologique et indique que les "interprétations des auteurs ne sont pas suffisamment étayées par les données présentées". 
 
Dans ses conclusions, l'Agence demande néanmoins que de nouvelles recherches sur les effets à long terme des OGM soient effectuées. En effet, elle note l’originalité de cette étude qui aborde un sujet jusqu’ici peu étudié : celui des effets à long terme des OGM associés aux préparations phytopharmaceutiques.
 
Pour information, le 4 octobre 2012, c'est l'Efsa qui avait publié les résultats de son examen de l'étude française. Dans ses conclusions, elle considérait notamment que l'étude était "d'une qualité scientifique insuffisante" pour être considérée comme valide.
 
Sources : 
- Dossier de presse de l'Anses, "Présentation de l’avis de l’Anses relatif à l'analyse de l’étude de Séralini et al. (2012) “Long term toxicity of a ROUNDUP herbicide and a ROUNDUP-tolerant genetically modified maize”", 22 octobre 2012 ;
- Communiqué de l'Anses, "L’Anses pointe les faiblesses de l’étude de Séralini et al. mais demande de nouvelles recherches sur les effets à long terme des OGM", 22 octobre 2012
- Avis de l'Anses relatif à l'analyse de l’étude de Séralini et al. (2012) “Long term toxicity of a ROUNDUP herbicide and a ROUNDUP-tolerant genetically modified maize”, 19 octobre 2012 ;
- Avis du HCB en réponse à la saisine1 du 24 septembre 2012 relative à l’article de Séralini et al. (Food and Chemical Toxicology, 2012), 19 octobre 2012 ;
- Communiqué de l'Efsa, "L’EFSA fournit à Séralini et al. des données sur le maïs GM NK603", 22 octobre 2012.
 
 

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus