ETS: les Chinois font de la résistance

Le 05 janvier 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Faisant suite à Lufthansa [JDLE], Delta a annoncé, mardi 3 janvier, avoir augmenté de 3 dollars (2,3 euros) le prix de ses billets d’avion, à destination ou au départ des pays de l’Union européenne. Cette surtaxe est destinée à financer l’acquisition de quotas d’émission de gaz à effet de serre européens par la compagnie partenaire d’Air France-KLM.
 
L’information est encourageante, car les parlementaires américains s’apprêtent toujours à voter une loi interdisant aux transporteurs américains de se conformer à la directive «Quotas» communautaire. D’autres compagnies ont décidé de s’adapter. Brussels Airlines a augmenté le prix de ses flying tickets de 3 à 10 €, selon la longueur des vols.
 
Les compagnies du Golfe Emirates et Etihad Airways ont, elles aussi, rehaussé le prix de leurs billets. Tim Clark, le patron d’Emirates, a indiqué mercredi 4 janvier que sa compagnie consacrerait 40 M€ à l’achat de quotas en 2012. Etihad Airways estime devoir investir 310 M€ pour boucler son budget carbone pour les 9 prochaines années.
 
Fidèles à leur position passée, les compagnies chinoises restent opposées à toute mise en conformité. Mercredi, Cai Haibo, l’un des responsables de la China Air Transport Association a rappelé l’opposition des membres de son organisation (parmi lesquelles Air China, China Southern Airlines, China Eastern Airlines and Hainan Airlines) à toute «coopération avec l’Union européenne sur l’ETS».
 
Le front chinois semble toutefois en train de se fissurer. Cathay Pacific, basée à Hong Kong, estime qu’elle devra faire
payer à ses clients (jusqu’à 4,95 € pour une liaison Europe-Asie) le coût carbone de leur transport.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus