Etats-Unis: virage à 180 degrés pour le mercure

Le 10 février 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La volonté de l’administration Obama de revenir sur des décisions anti-environnementales de l’ère Bush se traduit par un revirement total de la politique pratiquée par l’Agence de protection de l’environnement (EPA). C’était déjà le cas pour les voitures (1), ça l’est aussi pour le mercure.

La patronne de l’agence, Lisa Jackson, a indiqué lors d’une conférence sur les emplois Verts à Washington (2) que l’EPA ne ferait plus obstacle à la décision d’un tribunal du New Jersey requérant que des normes de contrôle plus strictes du mercure soient appliquées aux centrales à charbon.

En 2005, l’EPA avait exempté ces centrales de contrôles plus stricts pour le mercure et d’autres substances toxiques comme l’arsenic, le plomb et le nickel. Des niveaux dangereux d’émissions de mercure avaient alors été relevés dans le New Jersey. A l’issue du jugement d’une cour d’appel de cet Etat, et d’une croisade anti-EPA menée par 13 autres Etats, des associations environnementales et de santé publique (3), l’administration Bush avait porté l’affaire auprès de la Cour suprême. Une procédure qui sera désormais abandonnée par le gouvernement, après la décision de l’EPA.

Toutefois, des représentants de centrales électriques souhaitent toujours faire appel du jugement. La Cour suprême rendra sa décision le 20 février.

Les 1.100 centrales à charbon américaines émettent 48 tonnes de mercure par an. L’EPA prévoyait initialement de réduire ces émissions à 38 t/an d’ici 2010, et à 15 en 2018.

(1) Dans le JDLE «La Californie pourra fixer ses propres restrictions d’émissions de GES»
(2) Dans le JDLE «L’emploi ‘vert’ peut aussi être précaire»
(3) Dans le JDLE «Mercure: les Etats poursuivent l'EPA»



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus