Etats-Unis: plus de voitures mises au rebut que vendues en 2009

Le 14 janvier 2010 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, le parc automobile américain a été réduit de 4 millions de véhicules en 2009, passant de 250 à 246 millions. 14 millions de voitures ont été mises à la casse, et 10 millions «seulement» de nouveaux véhicules ont été vendus. Ce phénomène fait dire à l’Earth policy institute dans un communiqué du 6 janvier que le parc automobile américain entre dans une ère de déclin après un siècle d’essor.

Pour ce «think tank» américain, cette inversion de tendance n’est pas seulement due à la crise économique, mais est structurelle. En cause: la saturation du marché automobile américain, qui devrait maintenir pour un temps le nombre de véhicules vendus sous le niveau de 15-17 millions de la période 1994-2007. 246 millions d'automobiles sont enregistrées pour 209 millions de personnes titulaires du permis de conduire –soit près de 5 voitures pour 4 automobilistes!

L’Earth policy institute (EPI) estime que le cas japonais constitue une bonne comparaison. Le marché automobile a atteint la saturation en 1990. Depuis, le nombre de ventes a reculé de 21%. La densité de population est certes moins forte aux Etats-Unis qu’au Japon, mais comme 4 Américains sur 5 vivent en ville, les embouteillages sont la norme. L’EPI cite l’institut du transport du Texas, qui chiffre le coût des embouteillages à 87 milliards de dollars en 2007, contre 17 milliards de dollars en 1982.

De nombreux exemples de réduction de la place de la voiture en ville sont cités: nouveaux réseaux de transports en commun, piétons ou cyclables. Washington a réécrit son code de l’urbanisme vieux de 50 ans. Désormais, une seule place de parking est imposée pour 90 mètres carrés d’espace de vente au détail, contre 4 places précédemment.

L’organisation environnementale estime que l’inversion de tendance devrait se poursuivre au moins jusqu’en 2020, faisant passer la taille du parc automobile de 250 à 225 millions.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus