Etats-Unis: nutrition et environnement bientôt réconciliés?

Le 14 janvier 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'USDA franchira-t-elle le pas?
L'USDA franchira-t-elle le pas?
DR

Vers une prise en compte de l’environnement dans les conseils nutritionnels? Les Etats-Unis pourraient franchir le pas, lors des recommandations que le département américain de l’agriculture (USDA) s’apprête à publier dans le courant de l’année.

Comme l’ont confirmé plusieurs études, l’excès de viande rouge est aussi mauvais pour la santé que pour l’environnement, que ce soit en termes de gaz à effet de serre (GES) ou d’utilisation d’eau. Or pour la première fois, des recommandations nutritionnelles, en l’occurrence américaines, pourraient intégrer la cause écologique.

Dans un document de travail, dont l’agence Associated Press a eu copie, le groupe d’experts mandatés par l’USDA indique qu’un régime plus riche en fruits et légumes, avec moins d’aliments d’origine animale, «est meilleur pour la santé, et est associé à un moindre impact environnemental que le régime moyen des Américains».

Actualisées tous les 5 ans, les recommandations américaines devraient être publiées cette année. Si les experts parviennent à imposer leur point de vue, elles devraient donc conseiller de manger moins de viande, en particulier celle de bœuf.

Un aboutissement très incertain

La route semble toutefois longue, et semée d’oppositions. Suite à la dernière réunion du groupe d’experts, mi-décembre 2014, le syndicat américain des producteurs de bœuf (NCBA, pour National Cattlemen’s Beef Association) s’est érigé contre cette évolution, dénonçant une «absurdité» et un manque de prise en compte de la «vraie science» -argument décidément classique de l’industrie.

Mais l’opposition au projet s’annonce également virulente au Congrès, désormais à majorité républicaine pour la chambre des représentants. Dans un projet de loi de dépenses publié en décembre, le secrétaire d’Etat à l’agriculture, Tom Vilsack, s’est vu sommer de «n’inclure que des informations nutritionnelles ou alimentaires, et non d’un autre ordre».

Il n’y a pas que la consommation excessive de viande qui pose problème à l’environnement. Alors qu’il est très recommandé, notamment en France, de consommer deux rations de poisson par semaine, une étude publiée en octobre a révélé l’impossibilité matérielle de respecter cette règle, si tout Terrien s’y mettait. Et début 2013, une étude française révélait que mêmes les régimes jugés très sains, riches en fruits et légumes, posaient un problème en termes de gaz à effet de serre.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus