Etats-Unis: les retardateurs de flamme dans toutes les eaux côtières

Le 03 avril 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les poly-bromo-diphényle-éthers (PBDE) se retrouvent dans toutes les eaux côtières et les Grands lacs des Etats-Unis, avec des concentrations élevées à proximité des centres urbains et industriels, selon un rapport de l’Administration américaine pour les océans et l’atmosphère (Noaa), publié mercredi 1er avril.

Ces produits chimiques sont utilisés comme retardateurs de flamme dans plusieurs biens de consommation courants depuis les années 1970 –matériaux de construction, équipements électroniques, meubles, textile, plastiques… Leur impact sur la santé est avéré, du fait de leur caractère persistant, bioaccumulatif et toxique (PBT).

Le rapport est basé sur les données issues du programme de surveillance de la moule de la Noaa, qui répertorie les contaminants des eaux côtières depuis 24 ans grâce à 300 stations de mesure. L’étude relève des taux de concentration de 8.202 parties par milliard dans les tissus graisseux de poissons dans la baie d’Anaheim, dans l’Etat de Californie, contre 1.112 en 1996.

Deuxième site le plus pollué: le fleuve Hudson, dans l’Etat de New York, avec des concentrations atteignant 2.189 parties par milliard. Sur les 38 congénères de PBDE pris en compte dans le rapport, seuls 8% des échantillons de tissus graisseux de poissons analysés se situaient sous les limites de détection. La grande majorité des tissus graisseux de poissons analysés montrent des taux de concentration entre 1 et 270 parties par milliard.

Aux Etats-Unis, les taux de PBDE chez l’homme sont entre 10 à 100 fois plus importants que ceux mesurés en Europe et en Asie, rappelle le rapport.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus