Etats-Unis: les melons refont parler d’eux

Le 22 août 2012 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
2 personnes sont mortes, aux USA,
2 personnes sont mortes, aux USA,

Une nouvelle épidémie d’intoxications alimentaires liée à des melons, cette fois-ci par Salmonella typhimurium, a frappé l’est des Etats-Unis cet été, ont annoncé le 17 août les centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Selon leur communiqué, 141 personnes sont tombées malades entre le 7 juillet et le 4 août, dont 31 hospitalisées et 2 décédées. A l’exception de 2 cas en Californie, cette épidémie touche exclusivement l’est des Etats-Unis, avec même 50 cas dans le Kentucky –où sont survenus les 2 décès.

Ce sont des melons originaires du sud-ouest de l’Indiana, zone proche de la frontière avec le Kentucky, qui sont en cause. Mais si l’exploitation concernée semble avoir été identifiée par les autorités, celles-ci, en l’attente d’une confirmation définitive, ne devraient pas livrer de nom avant quelques jours.

Malgré ces incertitudes, le rappel des melons produits dans cette ferme est en cours, indiquent les CDC. Pour les consommateurs, la vigilance reste de mise: prière de ne pas manger de melons du sud-ouest de l’Indiana, ou dont l’origine n’est pas mentionnée.

Cette nouvelle série d’intoxications due à des melons fait écho à celle survenue en 2011, la plus importante épidémie de listériose survenue aux Etats-Unis. Liée à des melons du Colorado, elle avait fait 146 victimes, dont 30 décédées, rapportaient les CDC fin décembre (voir le JDLE).

Il y a là de quoi alarmer les producteurs californiens, qui détiennent la majorité du marché américain. Regroupés dans un California Cantaloupe Advisory Board, ils s’indignent de ce nouvel épisode, affirmant dans un communiqué qu’aucune épidémie n’a jamais été liée aux melons californiens.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus