Etats-Unis: les intoxications importées à la hausse

Le 21 mars 2012 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'étude relie les improtations aux intoxications alimentaires
L'étude relie les improtations aux intoxications alimentaires

Les Etats-Unis connaissent une augmentation d’intoxications alimentaires liées aux aliments importés, révèle une étude menée par les centres de prévention et de contrôle des maladies (CDC selon l’acronyme anglais).

Selon le service de recherche économique (ERS) du département de l’agriculture, les importations d’aliments ont quasiment doublé entre 1998 et 2007, passant de 41 à 78 milliards de dollars (de 31 à 59 milliards d’euros) entre 1998 et 2007. Environ 16% de l’alimentation américaine provient de l’étranger, beaucoup plus pour certains produits (85% pour les fruits de mer).

Conséquence: les intoxications alimentaires liées à ces produits deviennent plus fréquentes, révèle l’étude des CDC, présentée lors d’une conférence internationale sur les maladies infectieuses émergentes, qui s’est tenue mi-mars à Atlanta (Géorgie). Sur une période de 6 ans (2005-2010), 17 des 39 séries de cas groupés liés à des produits issus de 15 pays sont survenues es deux dernières années, 2009 et 2010.

«Il est trop tôt pour affirmer que ces chiffres récents constituent une réelle tendance, mais les CDC analysent actuellement les chiffres de 2011 et continueront à le faire dans l’avenir», commente Hannah Gould, épidémiologiste à l’origine de ces travaux, dans un communiqué.

Dans 45% des cas liés à des aliments importés, le produit provient d’Asie. C’est le poisson qui est le premier responsable (17 séries de cas groupés sur les 39 de 2005-2010), suivi des épices (6).

Au-delà de l’origine géographique, les indicateurs de la sécurité des aliments ne sont pas très bons aux Etats-Unis. Selon une autre étude des CDC, la mortalité par gastro-entérite, qui touche avant tout les personnes âgées, a plus que doublé entre 1999 et 2007, passant de 7.000 à 17.000 décès annuels.

Une hausse principalement liée à la bactérie Clostridium difficile, dont sont apparues des souches très virulentes et résistantes aux antibiotiques. Si les norovirus sont les principaux responsables de gastro-entérites, ils n’arrivent que deuxièmes en termes de mortalité, avec environ 800 décès annuels.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus