Etats-Unis: les fruits et légumes impliqués dans une infection alimentaire sur deux

Le 06 février 2013 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Gare aux légumes-feuilles
Gare aux légumes-feuilles

Les fruits et légumes sont à l’origine de près de la moitié des infections d’origine alimentaire aux Etats-Unis, révèle un bilan 1998-2008 publié fin janvier par les centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).

«Chaque année, on estime à plus de 9 millions le nombre de maladies d’origine alimentaire liées aux principaux pathogènes aux Etats-Unis», rappellent les CDC. Un poids sanitaire et économique, dont un nouveau bilan des CDC, mené sur 4.589 séries de cas groupés survenues entre 1998 et 2008, révèle qu’il est en grande partie lié aux fruits et légumes, bien devant la viande.

Les fruits et légumes arrivent ainsi en première position quant au nombre de personnes tombées malades (46% des cas), en particulier du fait des légumes-feuilles (salades, épinards, choux, etc.). Loin derrière, la viande (22% des cas, le plus souvent la volaille), les laitages (14%), les poissons et fruits de mer (6%).

La tendance est la même pour le nombre d’hospitalisations, les fruits et légumes arrivant en première position, la viande en deuxième, les laitages en troisième. Elle s’inverse en revanche pour les décès, ce qui suggère une plus grande sévérité des intoxications liées à la viande: celle-ci arrive en tête (29%) devant les fruits et légumes (23%) et les laitages (10%).

Pathogènes les plus fréquents (57% des cas), les norovirus sont particulièrement présents dans les fruits et légumes. De manière surprenante, ces aliments sont le plus souvent mis en cause dans les infections par Escherichia coli, notamment celles de type O157, que l’on associe traditionnellement à la viande de bœuf.

Faille importante du rapport des CDC, il ne livre aucune tendance au sein de la période 1998-2008. Or un rapport publié en janvier par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) montre un triplement du nombre de séries de cas liés aux produits d’origine végétale entre 2008 et 2011 (voir le JDLE).

Les produits d’origine végétale semblent par ailleurs plus redoutables aux Etats-Unis qu’en Europe: tous produits confondus (fruits et légumes, huiles, graines, champignons, noix et fruits secs, etc.), ils étaient responsables de 51% des infections pour la période 1998-2008, contre seulement 26% en Europe pour la période 2007-2011.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus