Etats-Unis: les eaux côtières menacées d’asphyxie

Le 06 septembre 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Les eaux côtières américaines seraient de plus en plus menacées d’hypoxie, selon un rapport publié vendredi par l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA).

Elaboré par plusieurs agences fédérales scientifiques ou environnementales, cette vaste étude a évalué le nombre de « zones mortes » dans les eaux côtières, pauvres en oxygènes, à l’origine de la destruction d’habitats.

Les incidents d’hypoxie –caractérisés par un niveau si bas en oxygène que les poissons et d’autres animaux peuvent en mourir- auraient été multipliés par 30 depuis 1960 aux Etats-Unis.

De tels événements se sont produits dans près de 50% des 647 zones évaluées aux Etats-Unis, notamment dans le golfe du Mexique, qui abrite l’une des plus vastes des « zones mortes » dans le monde (et sans compter l’impact de la marée noire qui n’a pas encore été mesuré), selon le communiqué de l’EPA.

Une nouvelle zone, au large des côtes de l’Oregon et de l’Etat de Washington, est désormais la seconde zone souffrant d’hypoxie saisonnière aux Etats-Unis et la troisième au monde (la première se situe en mer Baltique). 

Ces phénomènes qui se produisent le plus souvent en été, résultent en premier lieu des activités humaines et notamment des rejets d’engrais (nitrates et phosphores) dans les cours d’eau qui entraînent la prolifération d’algues, elles-mêmes éliminées par des bactéries utilisant de l’oxygène.

Le changement climatique pourrait également être en cause dans le phénomène ou du moins dans son exacerbation, selon le rapport. Il présente enfin plusieurs exemples d’actions politiques ou scientifiques qui permettraient de renverser cette tendance, à l’œuvre depuis plusieurs décennies.

Voir le JDLE du 12 août 2010 « Nouvelle menace pour le golfe du Mexique »

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus