Etats-Unis : la séquestration du carbone, sinon rien

Le 13 août 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Equipée par Alstom, la centrale AEP de Moutaineer va capter 100.000 tonnes de CO2 par an
Equipée par Alstom, la centrale AEP de Moutaineer va capter 100.000 tonnes de CO2 par an

Pour réduire sensiblement l’empreinte carbone de son industrie, les Etats-Unis doivent massivement investir dans la capture et la séquestration géologique du carbone. Problème, cette révolution énergétique sera difficile à mener sans donner un prix au… carbone.

L’administration Obama tient ses promesses. Le 3 février dernier, en la créant, le président américain avait donné 6 mois à la Task Force sur la capture et la séquestration géologique du carbone pour établir un premier bilan de la situation. Richement dotée (100 agents de 14 administrations), la toute nouvelle institution a tenu les délais.

Jeudi 12 août, cette agence interministérielle a publié un volumineux rapport listant les avantages de ces technologies de réduction d’émissions et les écueils qui restaient à franchir pour assurer leur déploiement industriel.

L’objectif du gouvernement américain est clair : rattraper le retard que les Etats-Unis ont accumulé par rapport à l’Europe. Les premières opérations « commerciales » de captage et de stockage géologique du carbone (CSC) ont été entreprises par les Norvégiens (avec le pétrogazier Statoil), les Britanniques (BP en Algérie) et les Français (GDF Suez aux Pays-Bas). Bien sûr, les Américains participent à l’expérience de Weyburn qui consiste à doper l’exploitation pétrolière de champs mâtures en y injectant - pour accroître la pression ambiante - du gaz carbonique extrait des effluents d’une usine américaine. Mais le CO 2 lui-même est injecté par les Canadiens dans le sous-sol de la Saskatchewan.

Retrouvez la suite de cet article sur le blog du Salon Pollutec 2010



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus