Etats-Unis: la cyclosporose venait bien du Mexique

Le 30 octobre 2013 par Romain Loury
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Du persil.
Du persil.
DR

Avec 643 cas recensés, l’épidémie de cyclosporose qui a touché les Etats-Unis cet été semble liée à des salades et du persil provenant du Mexique, révèle le dernier bilan publié le 23 octobre par les centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Plutôt bénigne, cette maladie était jusqu’alors surtout connue des touristes allant en Amérique latine, en Inde et en Asie du Sud-est: aux Etats-Unis, seuls 1.110 cas d’infection par le parasite Cyclospora cayetanensis ont été recensés entre 1997 et 2008.

L’épidémie qui s’est déclaré mi-juin dans le pays est donc exceptionnelle par son ampleur: 643 cas recensés dans 25 Etats, les plus touchés étant le Texas (270 cas), l’Iowa (140 cas) et le Nebraska (87 cas). Manifestement achevée depuis fin août, elle n’a engendré aucun décès, bien que 8% des personnes touchées aient dû être hospitalisées.

 

Deux épidémies séparées

Outre son ampleur, son originalité réside dans le fait qu’elle cache en réalité deux épidémies concomitantes, sans lien apparent: au Texas, c’est du persil originaire de Puebla, au sud du Mexique, servi dans des restaurants ou achetés en épicerie, qui semble en cause, tandis que les cas observés en Iowa et au Nebraska sont liés à des salades produites au Mexique par l’entreprise Taylor Farms de Mexico.

Pour le persil comme pour les salades, «rien ne montre qu’ils soient encore sur le marché», indiquent les CDC, qui n’auront pas eu le temps de prouver la culpabilité de ces produits, uniquement suggérée par des enquêtes épidémiologiques.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus