Etats-Unis: la casse se poursuit à l’EPA

Le 01 octobre 2018 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le siège de l'EPA à Washington.
Le siège de l'EPA à Washington.
EPA

Le poste de conseiller scientifique de l’Agence américaine pour la protection de l’environnement (EPA), qui épaule son directeur en termes d’expertise sur la recherche scientifique, va disparaître, a affirmé le New York Times jeudi 27 septembre.

Donald Trump n’est pas un féru des vérités scientifiques, son administration non plus. L’EPA en donne de nouveau la preuve, avec la disparition prochaine, selon le New York Times, de son Office of the Science Advisor. De quoi amoindrir un peu plus le rôle de la science dans la prise de décisions environnementales.

Mardi 25 septembre, c’est la directrice du bureau de la santé des enfants, Ruth Etzel, qui a été écartée de l’agence, sans raison officielle. Reconnue, la pédiatre avait maintes fois regimbé contre l’administration Trump, lors de tentatives de celle-ci pour saper les normes antipollution américaines.

Débarqué de l’EPA après les révélations de ses dépenses exorbitantes à son poste de directeur, Scott Pruitt a été remplacé début juillet par un autre climatosceptique, Andrew Wheeler, ancien lobbyiste de l’industrie du charbon.



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus