Etats-Unis: des pommes d’amour à la Listeria

Le 24 décembre 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La lysteria des pommes d'amour a déjà tué 5 personnes.
La lysteria des pommes d'amour a déjà tué 5 personnes.
WNCT9

Des pommes enrobées au caramel sont à l’origine d’une série de cas de listériose à travers plusieurs Etats américains, rapportent les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Un épisode qui rappelle que Listeria monocytogenes ne se cantonne pas qu’à la viande et aux produits laitiers.

Selon le dernier bilan des CDC, publié lundi 22 décembre, ces produits, équivalents de nos pommes d’amour, auraient rendu 29 personnes malades, toutes hospitalisées, dont 5 sont décédées. Survenue entre mi-octobre et fin novembre, cette vague de listériose a touché 10 Etats, en particulier le Missouri, le Nouveau-Mexique (5 cas chacun), le Texas, le Minnesota et l’Arizona (4 cas chacun).

Selon le département de la santé du Minnesota, trois chaînes de supermarchés ont été pointées par les 4 victimes de l’Etat, toutes vendant des pommes des marques Carnival Brand and Kitchen Cravings, retirées du marché depuis.

Ces produits ayant une durée de vie pouvant dépasser un mois, il est difficile de savoir si les responsables sont encore sur le marché. Aucun test microbiologique n’a pour l’instant révélé la présence de Listeria sur des pommes enrobées au caramel.

En revanche, il est possible que des consommateurs disposent de tels produits contaminés chez eux, raison  pour laquelle les CDC conseillent à chacun de jeter, dans le doute, toute pomme au caramel.

Deux souches différentes

Difficulté supplémentaire, les victimes se répartissent en deux groupes distincts, chacun présentant sa souche de Listeria. Encore plus intriguant, les deux groupes présentent les mêmes répartitions temporelle et géographique, l’un des patients ayant même été infecté par les deux souches.

Plutôt réputée pour contaminer les produits d’origine animale, Listeria monocytogenes, comme d’autres pathogènes alimentaires, s’intéresse aussi à ceux d’origine végétale. Les Etats-Unis en ont d’ailleurs fait l’expérience en 2011: avec 147 victimes dont 33 décédées, l’épidémie liée à des melons est à ce jour la plus grande épidémie de listériose qu’ait connue le pays.

Dans un rapport publié jeudi 18 décembre, le Government Accountability Office (GAO), équivalent de notre Cour des comptes, estime que la politique américaine de sécurité des aliments pâtit d’une coordination insuffisante. Particulièrement visés, la Food and Drug Administration (FDA) et le Food Safety and Inspection Service (FSIS), qui dépendent respectivement des départements de la santé (DHHS) et de l’agriculture (USDA).

Les Etats-Unis ont d’ailleurs connu ces dernières années plusieurs rappels de produits à base de pommes, pour des suspicions de contamination par Listeria, mais sans aucun cas de maladie.

Dans un rapport publié début 2013 sur les infections alimentaires liées aux fruits et légumes, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) indiquait que sur les 32.988 produits testés enter 2005 et 2011, 2,68% étaient porteurs de Listeria monocytogenes, et 0,07% étaient au-delà du seuil réglementaire de 100 unités formant colonies par gramme (UFC/g).

 

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus