Et si les éoliennes offshore perturbaient les poissons ?

Le 16 mai 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A terre, les aérogénérateurs sont affublés de tous les maux: ils gâchent le paysage, aveuglent les riverains au coucher du soleil (effet stroboscopique), hachent menu l’avifaune, perturbent la réception des signaux hertziens. Aux Antilles, une rumeur tenace les accuse même d’attirer les requins.
 
Qu’à cela ne tienne, on va les installer au large, ont dit les experts. Au loin, les champs d’éoliennes perturbent moins la vie quotidienne de leurs détracteurs. Du moins jusqu’à présent. Car les éoliennes marines sont désormais suspectées de gravement perturber la vie des poissons.
 
Les champs d’aérogénérateurs produisent du bruit, lequel peut provoquer des troubles nerveux chez certaines espèces de poissons. Lors de son prochain congrès (qui se tient du 25 au 27 mai à Seattle), la société d’acoustique américaine va faire le point sur les nuisances sonores sous-marines des parcs éoliens offshore. Au centre des discussions: une étude d’Arthur Popper, de l’université du Maryland.
 
Spécialiste de la question, le chercheur américain estime que le bruit des turbines en fonctionnement accroit le bruit de fond d’une dizaine de décibels, sur de grandes distances. Certes, ces perturbations sont moins dangereuses pour l’ichtyofaune que les sonars ou les tirs de mines, mais elles pourraient néanmoins accroître la production de cortisol, une hormone régulant le cycle circadien, le métabolisme des graisses et certaines réponses du système immunitaire.  
 
La découverte d’Arthur Popper n’étonnera malheureusement pas les spécialistes. En 2007, trois chercheurs (portugais et autrichien) ont montré que la signature sous-marine des navires perturbaient la communication des poissons-crapauds (Halobatrachus didactylus).
 
En 2004, une étude réalisée par Subacoustech, pour le compte du Crown Estate britannique, avait aussi montré que les bruits générés lors de l’installation des éoliennes en mer (creusement des tranchées pour la pose de câble, pose des mâts) faisaient fuir certaines espèces de poissons et de mammifères marins.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus