Et si la transition énergétique allemande était la plus économique?

Le 18 avril 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le combiné gaz-éolien semble être le plus économique.
Le combiné gaz-éolien semble être le plus économique.
DR

Dans le dernier tome de son 5e rapport d’évaluation, le Giec[1] recense les technologies susceptibles d’alléger l’empreinte carbone du secteur énergétique. Bien qu’elle se défende d’établir le moindre classement, l’institution onusienne place le nucléaire, les renouvelables et le captage-stockage géologique de CO2 (CSC) dans le peloton de tête des solutions à mettre en œuvre rapidement.

Un bureau d’études allemand a poussé la démarche un peu plus loin en tentant d’estimer les coûts de plusieurs scénarios de transition énergétique. Mis en ligne jeudi 17 avril, les résultats de l’étude de Prognos feront bondir les hiérarques du système électrique français. Elle table, en effet, sur la meilleure rentabilité d’une transition énergétique à l’allemande, comparée à une stratégie à la française, atomico-dépendante.

20% moins cher

«Les estimations de coûts du système énergétique montrent que, même aujourd’hui et dans des conditions peu favorables, un mix électrique composé de photovoltaïque, d’éolien terrestre et de gaz est 20% moins cher qu’un mix conjuguant nucléaire et gaz», affirment les économistes de Prognos.

Pour arriver à pareille conclusion, les chercheurs ont comparé les tarifs d’achat allemands d’électricité d’origine renouvelable au prix que les consommateurs britanniques paieront le courant des futures centrales nucléaires d’EDF Energy. Autant dire que l’EPR made in UK n’est pas à la fête.

Depuis 2013, Berlin fait racheter 73 euros le mégawattheure de photovoltaïque, 56 € le MWh produit par des aérogénérateurs terrestres et 95 € le MWh injecté par des turbines marines. Aux termes d’un accord conclu fin octobre 2013 entre EDF et le gouvernement britannique, l’énergéticien français vendra le courant produit par sa future centrale nucléaire de Hinkley Point C au prix fixe de 92,5 £/MWh (112€/MWh)[2].

Produire 8.760 GWh d’électricité

Avec ces données, Prognos a imaginé deux mix capables, dans un contexte allemand (courbe de consommation et météo), de produire 8.760 gigawattheures d’électricité. Le mix «vert» comporte 1,25 GW d’éolien terrestre et de photovoltaïque, 380 MW de turbines à gaz à cycle ouvert et 1,1 GW de cycles combinés à gaz. Les 8.760 GWh sont produits à 35% par le vent, à 14% par le soleil et à plus de 50% par le gaz. Le mix «classique», est composé de 900 MW de cycle combiné et de 580 MW de nucléaire. Chacune des deux technologies produit la moitié des 8.760 GWh.

En multipliant le volume d’énergie produite par chaque mode de production par les tarifs d’achat ou les coûts de production, Prognos estime que la production de 8.760 GWh par le mix vert coûte 679 M€ (soit 77,5 €/MWh) contre 857 M€ avec le mix classique (soit 97,8 €/MWh). A facteur carbone comparable, le mix «renouvelables-gaz» produirait un électron 21% moins cher que celui du bouquet «nucléaire-gaz»[3].



[1] Giec: Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat

[2] Conclue pour 35 ans, cette convention pourrait être qualifiée par la Commission européenne d’aide d’Etat illégale.

[3] Ces coûts ne prennent pas en compte les nécessaires investissements à réaliser dans le transport et la distribution d’électricité.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus