LREM verdit de l'intérieur

Le 25 mai 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Barbara Pompili veut faire bouger les lignes de l'intérieur.
Barbara Pompili veut faire bouger les lignes de l'intérieur.
VLDT

Quelques jours après le schisme du groupe Ecologie Démocratie Solidarité, une cinquantaine de députés LREM officialisent la création d’En Commun !. Intégrée au sein du parti présidentiel, cette association veut distiller l’écologie dans les prochains grands travaux parlementaires.

A mesure qu’avance le printemps, le cycle phénologique écologiste progresse à l’Assemblée nationale. Après la germination du groupe Ecologie Démocratie Solidarité, mené par les députés ex-LREM Matthieu Orphelin (Maine-et-Loire) et Paula Forteza (Français d’Amérique latine et des Caraïbes), place au bourgeonnement légitimiste.

En toute fin de semaine dernière, Barbara Pompili a annoncé la création de l’association En Commun !, rassemblant une cinquantaine de députés LREM avides «de solutions innovantes, audacieuses et solidaires.»

loyauté n'est pas immobilisme

Idéologiquement proche de Matthieu Orphelin, la présidente de la commission du développement durable à l’Assemblée nationale a pourtant choisi de rester dans le parti présidentiel pour (tenter) de faire bouger les lignes de l’intérieur. «Je ne me voyais pas partir en pleine crise sanitaire», explique-t-elle au JDLE.

Mais loyauté n’est pas synonyme d’inaction. Entre deux télé-auditions, la députée de la Somme a participé au Jour d’après, plateforme de consultation lancée, notamment, par Matthieu Orphelin.

L’objectif est désormais d’actionner le levier que constituera le futur plan de relance pour améliorer le bilan environnemental et social du gouvernement et de la majorité.

Pour préparer cette bataille parlementaire, attendue pour le mois de septembre, les 46 promoteurs d’En Commun ! entendent organiser, avant l’été, une grande conférence avec les signataires du Pacte pour le pouvoir de vivre. «Avec les partenaires sociaux, nous voulons identifier les priorités environnementales et sociales, plus concrètement qu’ont pu le faire les conférences environnementales», précise l’ancienne élue EELV. Cette initiative ne devrait pas déplaire à Arnaud Schwartz, nouveau président de France Nature Environnement (FNE).

mission de contrôle

L’association de députés veut aussi exercer le contrôle du Parlement sur les engagements environnementaux pris par les entreprises qui bénéficieront d’aides publiques. «Il s’agit d’appliquer concrètement l’amendement à la seconde loi de finance rectificative présenté par Bérangère Abba Une mission d’information, conduite par des membres des commissions du développement durable et des finances de l’Assemblée, pourrait s’y coller.

Les députés de la frange verte de la majorité ne désespèrent pas non plus relancer le projet de réforme de la Constitution, encalminé depuis de longs mois. Sous la conduite de Coralie Dubost (Hérault), un groupe de travail peaufine un projet d’intégration des objectifs de développement durable (ODD) à la loi fondamentale. Un projet annonciateur de grands débats!

Il a fallu 4 années à la Commission Coppens puis à la députée Nathalie Kosciusko-Morizet pour faire voter l'adossement à la Constitution de la charte de l'environnement.