Essais nucléaires: le médiateur de la République «pour une juste indemnisation des victimes»

Le 26 février 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Alors qu’a lieu le procès en réparation à la Cour d’appel de Paris de 8 anciens travailleurs polynésiens de Mururoa atteints de leucémie à la suite de leur activité au Centre d’expérimentation du Pacifique, le médiateur de la République plaide la juste indemnisation des victimes des essais nucléaires français dans un communiqué publié mercredi 25 février.

«(…) Les civils et militaires dont la santé a été mise en danger par les essais nucléaires français pratiqués, entre 1960 et 1996, dans le Sahara algérien et en Polynésie française, éprouvent les plus grandes difficultés pour faire reconnaître leurs préjudices (…)», rappelle le médiateur.

Pour y remédier, 4 propositions sont faites: l’établissement par une commission scientifique indépendante d’une liste des maladies provoquées par l’exposition aux radiations (maladies dites «radio-induites»), ouvrant droit à réparation.

Cette liste devrait permettre –seconde proposition– à toute personne présentant une des maladies y figurant de pouvoir bénéficier d’une indemnisation sans avoir à prouver de lien de causalité entre essais nucléaires et maladie. Et cela, pour «mettre fin aux inégalités de réparation entre militaires et civils».

,Le médiateur préconise ensuite la mise en place d’un fonds Radioactivité inspiré du fonds Amiante, destiné à indemniser intégralement, et non plus seulement forfaitairement, les victimes.

Dernière proposition: le départ en pré-retraite des personnels de l’Etat ayant participé aux essais, compte tenu de leur espérance de vie réduite.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus