Essais nucléaires en Polynésie: pas de levée du secret défense

Le 12 octobre 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Lors de la séance de questions orales du Sénat du 10 octobre, la ministre en charge de la défense a répondu aux interrogations d’Hélène Luc (PC) sur les conséquences des essais nucléaires en Polynésie. La parlementaire a notamment demandé la levée du secret défense pour les documents du service mixte de contrôle biologique et du service mixte de sécurité radiologique. Ces documents permettraient d’approfondir les travaux des autorités locales et de Florent de Vathaire, un chercheur de l’Inserm qui estime entre 10 et 20, le nombre de cancers de la thyroïde développés sur l’île à cause des essais aériens conduits entre 1966 et 1974 (1). Si Michèle Alliot-Marie a refusé la levée du secret défense, du fait d’«obligations internationales», elle a tout de même indiqué ne pax exclure «que des scientifiques dûment habilités et travaillant dans un cadre très précis puissent avoir accès à ces dossiers.»
La ministre a en outre indiqué que son ministère et le CEA publieraient un ouvrage sur l’ensemble des essais nucléaires français dans le Pacifique, «complétant les données déjà fournies.»

(1) Voir l’article du JDLE intitulé «Essais nucléaires: la position de l'armée mise à mal»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus