Essai de quantification dans l'agriculture

Le 21 juillet 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Tracteur1
Tracteur1

L'Ifen a tenté une quantification des déchets des secteurs agricole, sylvicole et de la pêche avec des partenaires, notamment Eurostat pour l'aide financière. Outre la définition et la méthodologie, l'Ifen avance les premiers chiffres.

L'Institut français de l'environnement (Ifen) vient de publier la «Note de méthode» numéro 15 consacrée à une étude pilote sur les déchets de l'agriculture afin d'essayer de les quantifier, dans le cadre du règlement 2150/2002 relatif aux statistiques sur les déchets. Cette réglementation impose aux Etats membres de l'Union européenne d'estimer les déchets issus des activités économiques et il apparaît qu'aucune donnée administrative n'existe dans le domaine de l'agriculture, de la sylviculture et de la pêche. L'Ifen s'est associé dans cette étude avec le service statistique du ministère chargé de l'agriculture (Scees), l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) et l'Assemblée permanente des chambres d'agriculture (APCA). Objectif: réaliser une fiche de synthèse par déchet avec sa définition, la méthodologie et les premiers résultats disponibles.

Certaines productions issues du domaine agricole n'ont pas été déterminées comme étant des déchets, comme les résidus de culture, les rémanents forestiers, les viscères des poissons et les poissons morts rejetés en mer ; les marcs et bourbes de la viticulture n'ont pas non plus été pris en compte en raison de leur réintégration dans le domaine naturel. Autres déchets non quantifiés pour le moment: les lisiers et les fumiers qui présentent une trop grande diversité d'interprétation. Le manque de données a pu aussi empêcher de quantifier des déchets comme les véhicules hors d'usage ou les effluents viticoles. Des informations ont tout de même pu être récoltées auprès des organismes professionnels, ce qui permet d'avoir des ordres de grandeur.

Ainsi pour les huiles usagées de moteurs issues du secteur agricole et sylvicole (hors pêche), les informations dues à la collecte, obligatoire selon l'arrêté du 28 janvier 1999 (1), indiquent qu'elles se sont élevées à 6.883 tonnes, mais c'est sans compter certaines huiles qui doivent être déposées dans les déchetteries ou les garages. Ce secteur représente 3% des huiles noires collectées en France. Mais ce chiffre ne comprend pas les autres huiles usagées qui ne proviennent pas des moteurs, comme les huiles hydrauliques utilisées dans les engins agricoles, forestiers et les navires de pêches. Les déchets phytosanitaires, non utilisés car ayant subi des altérations ou ayant été récemment interdits par la loi, sont considérés comme des déchets dangereux selon le décret du 18 avril 2002. Près de 1.700 tonnes de produits ont été collectées en 2003 par l'organisme Adivalor, créé en 2001, pour les récupérer et les éliminer. L'organisme s'occupe aussi de la collecte des emballages de produits phytosanitaires.

Les déchets vétérinaires infectieux, piquants et coupants sont également passés à la loupe, ils se seraient élevés à 257 tonnes en 2003 pour les élevages bovins et porcins, mais les données manquent sur d'autres élevages comme les ovins. Les déchets non infectieux, qui présentent des risques chimiques ou toxiques (les médicaments par exemple), et les emballages, représentent plus de 9.800 tonnes, en omettant toujours la part des ovins et autres exploitations réduites. La méthodologie et les résultats sont également donnés pour les pneus usagés, les batteries, les déchets de plastiques agricoles, les véhicules hors d'usage ou encore les déchets d'amiante. La première transmission de ces données devrait s'effectuer au courant de l'année 2008 sur la base des résultats de 2006, avant une régularité de publication tous les deux ans.



(1) Les entreprises de collecte d'huiles usagées agréées doivent procéder à l'enlèvement de tout lot d'huiles usagées d'un volume supérieur à 600 litres qui leur est proposé.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus