Esquisse d’un standard d’évaluation de la neutralité carbone

Le 14 septembre 2018 par Stéphanie Senet, envoyée spéciale
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Renaud Bettin : évaluer les engagements des entreprises.
Renaud Bettin : évaluer les engagements des entreprises.
Carbone 4

Neuf entreprises françaises ont rejoint la Net Zero initiative, lancée le 13 septembre, par le cabinet de conseil Carbone 4, à l’occasion du Global Climate Action Summit. Objectif: définir une méthode d’évaluation de la neutralité carbone, pour laquelle aucun standard n’existe aujourd’hui.


Devenue célèbre avec l’Accord de Paris, qui vise à l’atteindre d’ici à la fin du siècle, la neutralité carbone («zéro émission nette») pose aujourd’hui problème. Comment l’évaluer ? Faut-il prendre en compte la totalité des émissions directes et indirectes? Comment intégrer les actions de compensation? Autant de questions auxquelles le cabinet Carbone 4 entend répondre dans les mois à venir, afin de présenter les grandes lignes d’une méthode d’évaluation à la COP24, qui se tiendra du 3 au 14 décembre à Katowice (Pologne). Neuf entreprises françaises ont d’ores et déjà accepté de participer au projet: Engie, RATP, EDF, L’Oréal, Orange, BPCE, Unima, Remade et Havas Paris.

Validation scientifique

«Contrairement au plafond des 2°C, il n’existe aujourd’hui aucun standard d’estimation de la neutralité carbone. Après avoir fait l’objet de nombreux engagements, il est pourtant devenu nécessaire de les évaluer», explique au JDLE Renaud Bettin, responsable du pôle Neutralité carbone à Carbone 4. Destiné aux organisations, ce projet de référentiel sera passé à la loupe par un conseil scientifique, qui comprend notamment les climatologues Hervé Le Treut et Olivier Boucher, le directeur général d’I4CE  Benoît Leguet, et le directeur exécutif de la plateforme Pathways 2050 Richard Baron.

Secteur par secteur

«Nous allons travailler secteur par secteur car la neutralité carbone ne s’imposera pas à eux de la même façon. L’agriculture et l’industrie émettront toujours de 60 à 70 Mt eq CO2 donc il faudra prendre en compte leur compensation», détaille Renaud Bettin. Autres exemples: les banques devront inévitablement prendre en compte une partie de leurs investissements et les transporteurs ne pourront pas faire abstraction de l’utilisation de leurs produits.

Au total, les 9 entreprises associées à Net Zero Initiative vont devoir se plier au calcul de leurs émissions réelles et de leurs émissions évitées grâce aux solutions qu’elles proposent, à leurs projets de compensation et à leur financement de puits de carbone. Une initiative qui devrait aussi intéresser les collectivités, dont les engagements en faveur de la neutralité carbone en 2050 se sont multipliés au cours des derniers mois, à l’instar de Paris, Los Angeles, Londres et Barcelone.
 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus