Espèces protégées: Ikea condamnée à 30.000 € d’amende

Le 01 avril 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Une amende de 30.000 euros a été requise, mardi 30 mars, par le procureur du tribunal correctionnel d'Aix-en-Provence pour destruction d'espèces protégées à l’encontre de la  célèbre entreprise d’ameublement suédoise Ikea, à, selon l’AFP. Le jugement sera prononcé le 27 mai.

 

Des associations de défense de l'environnement avaient porté plainte contre la filiale française d'Ikea, pour avoir détruit plusieurs espèces animales et végétales protégées lors de la construction d'une plateforme logistique à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). Le Conseil national de la protection de la nature (CNPN) avait donné un avis favorable à cette construction, mais uniquement par rapport à des orchidées dont le groupe s'engageait à compenser la destruction.

 

L'avocat du groupe a plaidé la nullité du procès-verbal établi par un agent de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, entaché d'irrégularités selon lui. Le patron d'Ikea Développement, Jean-Louis Baillot, a reconnu avoir omis de solliciter une dérogation de la préfecture. «A partir du moment où on avait l'accord du CNPN et l'autorisation de défricher et d'exploiter, on pensait que c'était suffisant. Les autres espèces, on nous les a signalées après le début des travaux, et revenir en arrière était impossible», a-t-il dit. «C'était à Ikea de démontrer qu'il n'y avait pas d'espèces protégées sur le site», a rétorqué le procureur Ludovic Pilling.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus