Espèces menacées: la France est au 5e rang mondial

Le 20 juin 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La tortue imbriquée est en danger critique
La tortue imbriquée est en danger critique

La France se situe au 5e rang mondial des pays hébergeant le plus grand nombre d’espèces animales et végétales menacées, selon la dernière mise à jour de la Liste rouge (1) de l’Union internationale de conservation de la nature (UICN), publiée le 19 juin.

Au total, l’Hexagone abrite 983 espèces mondialement menacées. Devant la France, les pays les plus concernés sont l’Equateur, la Malaisie, les Etats-Unis et l’Indonésie. Après la France, se trouvent le Mexique, l’Inde, la Chine, l’Australie et le Brésil.

Ces espèces sont principalement menacées par la dégradation des milieux naturels, la surexploitation, l’introduction d’espèces envahissantes, les pollutions et le changement climatique.

La responsabilité particulière de l’Hexagone tient à plusieurs collectivités d’Outre-mer, et en particulier la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française.

Ainsi, la tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata) est décrétée «en danger critique», avec le pétrel noir de Bourbon (Pseudobulweria aterrima) et le monarque de Tahiti (Pomarea nigra).

La raie manta géante (Manta birostris) s’avère «vulnérable», tout comme le dugong (Dugong dugon), un mammifère marin herbivore.

Parmi les végétaux, plusieurs espèces de pin araucaria endémiques de Nouvelle Calédonie sont classées «vulnérables» ou «en danger». Le bois de poupart de la Réunion est quant à lui «en danger critique».

La métropole est également concernée. La France y compte 215 espèces mondialement menacées, en raison de la grande diversité des habitats naturels et de la richesse biologique de la zone méditerranéenne, point chaud de la biodiversité mondiale.

L'esturgeon européen (Acipenser sturio) et la violette de Rouen (Viola hispida) s'y trouvent "en danger critique". Le vautour percnoptère (Neophron percnopterus) est classé "en danger". La cordulie splendide (Macromia splendens), une grande libellule, et le cachalot (Physeter macrocephalus) sont jugés "vulnérables".

L’UICN rappelle que la France porte une responsabilité de premier plan, aux niveaux mondial et européen, pour enrayer l’extinction de la biodiversité. «Elle doit donner une nouvelle ambition forte à sa politique de préservation des espèces et des écosystèmes», écrit-elle dans un communiqué à l’attention des autorités nationales.

(1) La liste rouge des espèces menacées en France est réalisée par l’UICN et le Muséum national d’histoire naturelle.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus