Espèces invasives: vers une stratégie européenne

Le 01 décembre 2008 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Commission européenne a présenté mardi 25 novembre un éventail d’options pour l’élaboration d'une stratégie communautaire visant à lutter contre les espèces allogènes qui mettent en péril la biodiversité.

Les espèces envahissantes représentent une menace pour les plantes et les animaux indigènes en Europe et peuvent également nuire à la santé humaine. Ainsi, la coccinelle asiatique risque d’entraîner la disparition des coccinelles du Royaume-Uni. Le ragondin et le rat musqué, originaires des Amériques, causent de graves dégâts aux barrages, aux canaux et aux systèmes d'irrigation et la moule zébrée détériore les systèmes de captage des eaux.

Ces espèces sont de plus en plus nombreuses du fait de la croissance continue des échanges commerciaux et de la circulation des personnes dans le monde. Un projet de recherche européen (1) a recensé 10.822 espèces allogènes en Europe dont 10 à 15% auraient un impact négatif sur l'économie ou l'environnement. Le coût du contrôle et de la réparation des dommages causés par ces espèces est estimé à 12 milliards € par an.

Si certains pays de l'Union européenne (UE) ont mis en place une législation visant à protéger leur biodiversité, aucune approche harmonisée n'existe pour l'ensemble de l'UE. Un engagement en faveur d’une telle action coordonnée a été inscrit dans le plan d'action de l'UE visant à enrayer le déclin de la biodiversité d’ici 2010. Une consultation publique européenne a également eu lieu de mars à mai 2008.

En vue de mettre en place une stratégie communautaire, la Commission a présenté plusieurs options dont un système d'alerte rapide à l’échelle européenne permettant de signaler les espèces nouvelles ou émergentes. «Il ne sera pas possible d'enrayer l’appauvrissement de la biodiversité dans l’UE sans régler la question de ces visiteurs indésirables. Étant donné la rapidité de propagation et d'acclimatation de ces espèces, les mesures prises par un État membre resteront sans effet si les pays voisins n'interviennent pas ou s'ils agissent sans aucune coordination», a déclaré Stavros Dimas, le commissaire européen chargé de l'environnement.

Parmi les autres options proposées figurent la modification de la législation en vigueur afin de couvrir un nombre plus important d'organismes potentiellement envahissants ou l’élaboration d’un nouveau cadre juridique de lutte contre les espèces envahissantes. La Commission tiendra compte des observations des parties prenantes et des autres institutions européennes pour finaliser la proposition de stratégie communautaire en 2010.

(1) Delivering alien invasive species inventories for Europe (DAISIE)


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus