Espagne: les électriciens vont avoir mal au PNAQ

Le 13 juillet 2006 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En présentant sa proposition de Plan national d’allocation de quotas d’émission (PNAQ) pour la seconde période 2008-2012, la ministre espagnole en charge de l’environnement, Cristina Narbona, a souhaité envoyer un message fort. Mercredi 12 juillet, à Madrid, la ministre a annoncé une allocation moyenne annuelle de 144,7 millions de tonnes (Mt) de CO2, et de 5,5% de réserve additionnelle, soit un total de 152,66 Mt CO2/an. Cela équivaut à une réduction de près de 10% par rapport aux allocations 2005 (169 Mt), et plus de 23% (hors réserves) par rapport aux quotas alloués lors du premier PNAQ. Le ministère prévoit que dans le cadre des Mécanismes de développement propre (MDP) promus par l’ONU, un total de 57,88 Mt/an pourront être acquis, soit 20% des émissions totales de l’Espagne enregistrées en 1990 (année de référence du Protocole de Kyoto).
Personne ne prévoyait une coupe aussi drastique. Il faut dire que l’Espagne est à la peine. Le pays a émis, en 2004, un total de 427,9 Mt de gaz à effet de serre, soit une hausse de 48% de ses émissions par rapport à 1990 et 33% de plus que l’engagement de réduction souscrit par le pays à Kyoto. Et les perspectives 2006 ne sont guère favorables. En effet, le ministère constate pour 2005 «une faible hydraulicité, une contribution anormalement faible de la production nucléaire et un prix élevé du gaz naturel, ce qui ne favorise pas une évolution positive des émissions».
Le poids spécifique du secteur électrique incite Madrid à faire supporter une réduction importante de quotas aux installations productrices de courant. L’ensemble des compagnies, exceptée Iberdrola, ont milité ces dernières semaines pour une enveloppe d’au moins 81 Mt CO2/an, le projet de PNAQ présenté le 12 juillet ne leur attribue finalement que 54,7 Mt. Selon Cristina Narbona, «le bilan énergétique futur en Espagne devrait confirmer l’infléchissement actuel en faveur des énergies propres et renouvelables, ainsi qu’une participation accrue du consommateur final propice à une utilisation plus rationnelle et maîtrisée» de l’énergie. Une période de consultation de 20 jours s’ouvre maintenant avant que ce plan ne soit notifié à la Commission européenne pour validation.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus