Erosion: 1.500 logements exposés en 2040

Le 13 février 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les 78 co-propriétaires ont été évacués de l'immeuble Le Signal, à Soulac-sur-mer, en janvier 2014.
Les 78 co-propriétaires ont été évacués de l'immeuble Le Signal, à Soulac-sur-mer, en janvier 2014.

Selon les projections réalisées par le Cerema, les bâtiments seront impactés par l’évolution du trait de côte dès la prochaine décennie. Tour d’horizon des scénarios à suivre de près.

 

Dès 2026, environ 300 bâtiments –représentant 50.000 mètres carrés au sol- seront situés dans une zone soumise à érosion côtière. Réalisée par le Cerema, à partir de données Topo IGN et de projections d’effacement des ouvrages, cette estimation a été diffusée dans le cadre du débat sur la proposition de loi portant adaptation du littoral au changement climatique (lien vers article).

En 2040, 800 bâtiments seront concernés, pour une superficie totale de 170.000 m2. Cela représente 1.500 logements et 400 locaux d’activité tertiaire, selon les données Topo IGN croisées avec des données foncières.

En 2100, le nombre de bâtiments touchés grimpe à 4.000, abritant 10.000 appartements et maisons et 1.000 locaux tertiaires, pour une superficie au sol de 800.000 m2.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus