Equinor, le pétrolier qui se décarbone à grande vitesse

Le 07 janvier 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La neutralité carbone, mais seulement en Norvège.
La neutralité carbone, mais seulement en Norvège.
Equinor

L’ancienne Statoil prévoit de décarboner ses activités norvégiennes en 30 ans.

Lors de la COP 25, le JDLE avait interpellé Ola Elvestuen. A la question de savoir comment un pays pétrolier pouvait s’engager sur la voie de la neutralité carbone, le ministre norvégien de l’environnement et du climat avait répondu qu’il fallait créer les conditions propices à la décarbonation de l’économie, de la société et des entreprises. Ces conditions sont-elles réunies? Possible. C’est en tout cas ce que pensent les dirigeants d’Equinor.

10% des émissions nationales

La compagnie pétrolière norvégienne s’est lancée, lundi 6 janvier, dans la décarbonation de ses activités natinoales, qui représentent les deux tiers de ses émissions. Un objectif à atteindre d’ici à 2050. Entretemps, l’ancienne Statoil prévoit d’abattre de 40% ses rejets entre 2005 et 2030 (scopes 1 et 2). Une économie d’émission de 5 millions de tonnes de gaz à effet de serre: l’équivalent de 10% du bilan carbone national annuel.

Publiée en 2017, l’ancienne feuille de route du groupe ambitionnait de réduire les émissions de 20% entre 2005et 2030.

Ces 10 prochaines années, l’industriel prévoit d’investir 50 milliards de couronnes (5 milliards d’euros) dans la numérisation et l’amélioration de l’efficacité énergétique de ses installations marines et terrestres. Ses plateformes offshore des champs de Troll et de Oseborg et son train de liquéfaction de gaz de Hammerfest seront alimentés en électricité produite par des centrales hydroélectriques terrestres et des éoliennes flottantes[1].

éolien flottant et CSC

Le pétrogazier va aussi développer la production éolienne marine et le captage-stockage géologique de carbone (CSC): deux technologies dont Equinor est l’un des pionniers. Le premier producteur européen d’hydrocarbures veut aussi développer sa production d’hydrogène à partir de gaz naturel.

 

Autre levier de la décarbonation: la baisse annoncée de la production d’hydrocarbures. Au rythme actuel de production, Equinor s’attend à réduire de moitié sa production en trente ans. En 2006, lae royaume scandinave produisait 3,5 millions de baril de bruts par jour, contre un peu plus d’un million en 2018.  



[1] Actuellement, l’électricité consommée par ces installations est produite par des turbines à gaz.