EPR : un retard qui coûtera cher

Le 30 juillet 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

La rumeur qui courait depuis des mois avait un fond de vérité. L’EPR de la centrale de Flamanville sera achevé avec retard. Vendredi matin, EDF a confirmé que le réacteur de nouvelle génération serait livré avec plus de deux ans de retard. « L'objectif de première production commercialisable est désormais fixé à 2014 », a confirmé l’électricien. Conséquence immédiate de ce dérapage : l’inflation du coût. Désormais, l’opérateur historique fixe le montant de l’addition à 5 milliards d’euros, contre 3,3, puis 4 milliards initialement prévus. S’il ne met pas en péril la sécurité d’approvisionnement en électricité, ce nouveau retard dans la construction de la tête de série française du nouveau réacteur d’Areva pose une autre question : celle du coût du kWh de l’électron produit par ce fleuron de l’industrie française. Selon l’étude Les coûts de référence de la production électrique ( produite, en 2003, par les services de Bercy le coût de production du MWh produit par l’EPR était fixé entre 16,3 et 264 euros HT, selon les taux d’actualisation. Qu’en sera-t-il demain, une fois que lesdits auront été actualisés ?



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus