EPR de Penly: EDF doit revoir sa copie

Le 15 avril 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Après s’être réunie pour statuer sur le dossier de création de l'installation nucléaire de base Iter (dans le JDLE), l'Autorité environnementale (AE) du Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD) a rendu son avis le 14 avril sur le projet de réacteur nucléaire à eau pressurisée sur le site de Penly 3.

 
Fin janvier 2009, le Président de la République a annoncé sa décision de construire une l'installation nucléaire EPR (European Pressurized Reactor) à Penly, en Seine Maritime. Cette installation, dite de troisième génération, est du même type que celle de Flamanville, en cours de construction. Deux tranches existantes (Penly 1 et 2) sont déjà implantées sur le même site.
 
Un débat public a eu lieu sur le sujet de mars à juillet 2010 (dans le JDLE). Le maître d'ouvrage de ce projet est EDF.
L'avis qui vient d’être rendu porte sur l'évaluation environnementale du dossier de création de la structure. L’AE estime que sur la forme, le dossier est très difficile à lire et mérite d’être clarifié.
 
Sur le fond, l’Autorité recommande à EDF de compléter les informations fournies au dossier. En matière de risque accidentel, «l'AE n'est pas en mesure de donner un avis sur les impacts sanitaires et environnementaux liés aux risques accidentels, notamment au risque considéré comme majorant par le maître d’ouvrage». Elle recommande que les données soient rendues publiques, accompagnées de l’avis de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), lorsqu’il aura été exprimé…
 
De manière générale, l’AE s’attend à ce que soient rappelés les principaux choix techniques qui président à la conception de l’EPR. Les enseignements tirés des deux premiers projets d'EPR (Flamanville, et Olkiluoto en Finlande) ont-il bien été pris en compte par ce projet?
 
Il est notamment recommandé au maître d'ouvrage EDF «de présenter la place de l'EPR dans la programmation pluriannuelle des investissements de production d'électricité, et de développer les justifications du projet». Autrement dit, il conviendrait de donner plus de détails sur la marge de sécurité, le lissage du renouvellement du parc nucléaire, et le maintien des compétences industrielles de la filière. L’AE recommande aussi de joindre au dossier d’enquête publique un tableau récapitulatif des procédures en cours.
 
EDF devrait également préciser les données relatives aux émissions et concentrations de tritium et de carbone 14, justifier les mesures de protection contre le risque de submersion marine, en situations extrêmes (tempête, forte marée, intégration de la hausse du niveau des mers, séisme, etc.), préciser les analyses concernant les rejets d'hydrazine, clarifier l'approche des impacts des rejets sur le milieu marin, contribuer à l'amélioration des connaissances en la matière, et proposer des compensations à ces impacts en matière de ressources halieutiques, ou de préservation d'aires marines (ce qui n'est pas fait actuellement), et revoir l'évaluation des incidences sur le réseau Natura 2000.
 
En matière de déchets, l’AE recommande de compléter la présentation du traitement des déchets radioactifs, «qui n'est pas spécifique à la technologie EPR et relève donc de la problématique générale», par la présentation d'une synthèse des éléments relatifs aux déchets et au combustible usé.
 
Enfin, deux recommandations de l'AE s'adressent à l'Etat et non au maître d'ouvrage. Il s’agit d’adapter la gestion des autorisations de prélèvements d'eau dans la rivière Yères en fonction de la priorité donnée à l'EPR en période d'étiage sévère, et d’élargir le périmètre de l'enquête publique préalable à la décision d'autorisation de création.
Une nouvelle enquête publique sur le projet doit avoir lieu entre le 1er juin et le 15 juillet prochains.
 
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus