EPR: Accord entre Areva NP et TVO

Le 12 mars 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'EPR d'Olkiluoto fait son entrée dans son enceinte de confinement.
L'EPR d'Olkiluoto fait son entrée dans son enceinte de confinement.
VLDT

 

Pour mettre fin à des années de contentieux, les constructeurs du réacteur EPR d’Olkiluoto vont verser 450 millions de dédommagements à l’électricien finlandais TVO.

C’est une victoire post-mortem que peuvent célébrer les anciens dirigeants d’Areva. Au terme d’un formidable marathon judiciaire, le consortium formé par Areva SA et Siemens, constructeur du réacteur EPR à Olkiluoto (Finlande), ont trouvé un accord avec l’électricien TVO qui avait passé commande du premier réacteur de troisième génération du monde.

Fessenheim2: le retour. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) annonce, ce 12 mars, avoir levé la suspension du certificat d’épreuve de l’un des générateurs de vapeur de Fessenheim 2. Cette décision pourrait permettre à EDF de rapidement redémarrer la deuxième tranche de la centrale alsacienne.

Dans un communiqué diffusé dimanche 11 mars, la compagnie finlandaise confirme avoir conclu un accord avec ses fournisseurs français et allemands. Au terme de cette convention, Areva NP (filiale initialement commune à Areva et Siemens, en charge de la construction de l’EPR) s’engage à achever et à mettre en service la centrale Olkiluoto 3. Les deux entreprises devront aussi régler 450 millions d’euros de dédommagements à TVO, en compensation du retard dans la livraison du réacteur et du formidable surcoût qui en découle. Il était temps! En janvier 2016, le ministre français de l’économie de l’époque, un certain Emmanuel Macron, leur avait donné un mois pour se mettre d’accord.

Prix de vente: 3,2 milliards

Achetée pour 3,2 Md€, clés en main, en décembre 2000, la tête de série du fleuron de l’industrie nucléaire européenne devait entrer en service durant l’été 2009. Si tout se passe bien, les premiers mégawattheures (MWh) pourraient être injectés sur le réseau en 2019, avec 10 ans de retard. Le tout pour un coût total de 10 Md€: plus du triple du prix de vente. A charge pour Areva et Siemens de régler la note.

Coût de revient: 10 milliards

L’accord met aussi fin aux procédures contentieuses initiées par Areva NP et TVO devant la chambre de commerce internationale. Par deux fois, celle-ci a rendu des décisions favorables à l’électricien finlandais. En contrepartie, TVO mettra fin à son recours contre la décision de la Commission européenne du 10 janvier 2017 autorisant l’aide à la restructuration du groupe Areva.

Mais d’Areva, il ne reste plus rien. L’ancien leader mondial du nucléaire a fait faillite. Pour sauver l’entreprise créée par Anne Lauvergeon, l’Etat a dû se résoudre à la recapitaliser (de 4,5 Md€) et à la démanteler. La gestion du cycle du combustible nucléaire est désormais assurée par Orano. La division réacteur (ex-Areva NP) a été rachetée par EDF. Non sans quelques réticences.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus