Eoliennes: un danger pour la santé?

Le 27 mars 2006 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Dans un rapport publié le 14 mars sur le «retentissement du fonctionnement des éoliennes sur la santé humaine», l'Académie nationale de médecine recommande aux pouvoirs publics de «suspendre dès maintenant» et par précaution, «la construction des éoliennes d'une puissance supérieure à 2,5 mégawatts (MW) situées à moins de 1.500 mètres des habitations.» En cause: le bruit. «Qu'il soit très intense, ou qu'il représente une pollution sonore plus modérée, le bruit est le grief le plus fréquemment formulé à propos des éoliennes», souligne le rapport piloté par le professeur Claude-Henri Chouard. Son «impact dépend directement de la distance séparant l'éolienne des lieux de vie, ou de travail, des populations riveraines». L'Académie rappelle en outre qu’ «à des intensités modérées, le bruit peut entraîner des réactions de stress, perturber le sommeil et retentir sur l'état général.» Pour l’heure, les scientifiques estiment qu’«il est théoriquement difficile de définir a priori une distance minimale des habitations, qui serait commune à tous les parcs (d'éoliennes), car la propagation du son, c'est-à-dire l'étendue de cette zone de nuisance, dépend des éléments topographiques et environnementaux propres à chaque site.» Face à l’absence de preuve réelle sur l’éventuelle nocivité du bruit éolien pour l'homme, l'Académie suggère d'entreprendre 2 types d'études: l’une permettant d’enregistrer «sur une période longue de plusieurs semaines, le bruit induit par les éoliennes dans les habitations», l’autre consistant en «une enquête épidémiologique sur les conséquences sanitaires éventuelles du bruit éolien sur les populations, qui seront corrélées avec la distance d'implantation de ces engins, et les résultats des mesures» enregistrées. En attendant, l’Académie recommande de modifier la loi du 2 juillet 2003 afin que les éoliennes dépassant une certaine puissance soient «considérées comme des installations industrielles, et que leur implantation soit désormais soumise à une réglementation spécifique tenant compte des nuisances sonores très particulières qu'elles induisent.». Reste à savoir si l’Académie va pareillement recommander l’interdiction de la circulation automobile sur le périphérique parisien qui est notoirement plus impactant pour les riverains.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus