Eoliennes: les chutes de pression menacent certaines chauves-souris

Le 27 août 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Chaque année, un nombre important de chauves-souris migratoires sont tuées par certains aérogénérateurs dans des parcs éoliens du sud de la province canadienne de l'Alberta. Un mystère, puisque «comme les chauves-souris peuvent détecter les obstacles par écho-location, elles rentrent rarement en collision avec des structures humaines», explique Erin Baerwald, chercheur à l'université canadienne de Calgary.

Une étude (1) réalisée par son équipe et publiée mardi 26 août dans la revue Current Biology apporte des éléments d'explication. Celle-ci montre que 90% des chauves-souris examinées sont mortes des suites d'hémorragie interne. En cause, un barotraumatisme, ou lésion provoquée par la chute soudaine de la pression de l'air, qui survient lorsque le mammifère se rapproche des pales de l'éolienne. Ce phénomène est indétectable pour les chauves-souris, plus sensibles à ces dépressions subites que les oiseaux.

Une sensibilité due à des systèmes respiratoires différents. Les poumons des chauves-souris, à l'instar des autres mammifères, sont comparables à des ballons qui peuvent se dilater fortement en cas de chute de la pression extérieure. Le système respiratoire des oiseaux, lui, est plus rigide.

L'étude estime que ces pertes à un endroit donné pourraient avoir un impact important sur des écosystèmes distants de plusieurs kilomètres. Les chauves-souris migratoires mangent quotidiennement des milliers d'insectes, notamment nuisibles pour l'agriculture.



(1) Barotrauma is a significant cause of bat fatalities at wind turbines, Erin Baerwald et al., Current Biology




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus