Eolien-solaire: sale temps pour la gent ailée

Le 25 août 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Nyctalus noctula, la chauve-souris qui n'aime pas les éoliennes.
Nyctalus noctula, la chauve-souris qui n'aime pas les éoliennes.
DR

C’est la polémique de l’été, en Californie. Les centrales solaires thermodynamiques sont-elles dangereuses pour les oiseaux? Oui, répondent sans hésiter les ornithologues de U.S. Fish and Wildlife Service. Au cours d’une visite d’inspection, rapporte une dépêche d’Associated Press, ces agents fédéraux auraient affirmé que la centrale à concentration d’Ivanpah grillait «un oiseau toutes les deux minutes». Soit 262.000 par an.

Une estimation contre laquelle l’exploitant s’inscrit en faux. Dans un communiqué mis en ligne le 19 août, NRG Energy ne comptabilise que 321 oiseaux brûlés par les rayons solaires concentrés de la centrale, depuis son démarrage en janvier dernier. «Si les chiffres donnés par l’article étaient réels, nous dénombrerions 100.000 oiseaux tués depuis le début de l’année», conclut l’industriel.

Pour autant, l’électricien n’est sans doute pas au bout de ses peines. Des militants écologistes lui reprochent d’avoir choisi une zone abritant tortues, coyotes, renards nains et lynx roux. Lors des essais, des corvidés et des fauvettes sont morts en percutant des miroirs. Les ornithologues rappellent aussi que la zone est fréquentée par des aigles royaux (Aquila chrysaetos) et des buses à queue rousse (Buteo jamaicensis). L’association Western Watersheds Project a d’ailleurs engagé une action judiciaire contre toutes les agences fédérales ayant donné leur aval à la construction de la centrale. Motif: tous ses impacts environnementaux n’avaient pas été pris en compte.

En Allemagne, les éoliennes tuent des oiseaux, mais aussi des chauves-souris. Dans un article récemment publié dans PloS ONE, Christian Voigt (institut de zoologie de Leibniz) estime que bon nombre de noctules communes (Nyctalus noctula) interrompent leur migration sur les pales des aérogénérateurs. Seule solution pour le biologiste: arrêter les turbines la nuit.

De son côté, la National Audubon Society se veut plutôt rassurante. «Les oiseaux doivent faire face à de nombreuses menaces aux états-Unis et je ne dirai pas que les centrales solaires en représentent une», affirme à Bloomberg Garry George, directeur des énergies renouvelable de l’association écologiste. Une étude publiée en 1986 par des ornithologues du museum de Los Angeles estimait à 70 le nombre moyen d’oiseaux tués par an par les héliostats de Solar One, l’une des premières centrales solaires thermodynamiques californiennes.

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus