Eolien: retour sur les désaccords du parlement

Le 18 mai 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Eolienne unep
Eolienne unep

Henri Revol, rapporteur du projet de loi d'orientation sur l'énergie, et Jean-Paul Emorine, président de la Commission des affaires économiques et du plan sont revenus le 17 mai sur les dispositions prises par le Sénat au sujet de l'éolien.

A la veille de la commission mixte paritaire qui devra aboutir en juin à un texte commun sur le projet de loi d'orientation sur l'énergie, les deux sénateurs, Henri Revol et Jean-Paul Emorine, reviennent sur le texte qui a suscité tant de débats. «Partageant le souci, exprimé par les députés, de limiter le mitage du territoire français par les éoliennes et d'en favoriser une bonne insertion dans les paysages, le Sénat a néanmoins profondément infléchi le dispositif des zones de développement de l'éolien (ZDE)», a expliqué Henri Revol. En effet, le Sénat est revenu sur l'amendement de l'Assemblée nationale limitant l'obligation d'achat aux seuls parcs éoliens situés dans la ZDE d'une puissance supérieure à 20 mégawatts (MW).

Cependant, la notion de ZDE a été précisée. Il s'agit, pour les collectivités locales souhaitant installer une ferme d'éoliennes, de répondre à trois critères. D'abord, les études de météorologie doivent conclure à un potentiel de vent suffisant. Ensuite, le raccordement des éoliennes à un poste source doit être possible pour un coût raisonnable et sans dérégler le réseau. Enfin, le champ ne doit pas «dénaturer le paysage», un critère très critiqué car il risque de créer un frein supplémentaire pour le développement de l'éolien. Les communes ou les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) devront proposer un plafond ou un plancher de puissance installée. De son côté, le préfet définira la ZDE par arrêté préfectoral.

Energie renouvelable au fort potentiel de développement dans les prochaines années, l'éolien a été au coeur du débat parlementaire sur la loi d'orientation sur l'énergie. La France devra en effet satisfaire en 2010 la directive européenne qui fixe un objectif de production d'électricité à partir de sources renouvelables à 21%. Selon le scénario de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), outre les 67 térawhattheures (TWh) déjà disponibles, 46 TWh doivent encore être installés. «La majeure partie doit provenir de l'éolien, indique Henri Revol. Mais cela représente environ 15.000 MW de capacité au lieu des 400 MW déjà construits. En effet, la production des éoliennes ne représente qu'un tiers de leur puissance! Je ne suis donc pas certain que nous réussissions à arriver aux 21%.»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus