Eolien marin: nouveaux retards en vue pour EDF

Le 23 novembre 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Pas d'éoliennes marines siglées EDF avant 2021.
Pas d'éoliennes marines siglées EDF avant 2021.
VLDT

La filiale Renouvelables d’EDF prévoit désormais pour la fin 2021 la mise en service de ses premiers parcs éoliens en mer tricolores.

Dix ans. Dix ans, au moins, s’écouleront entre les résultats de l’appel d’offres et la mise en service des premiers parcs éoliens en mer d’EDF. C’est le constat dressé, mardi 22 novembre, par EDF Energies nouvelles (EDF EN), filiale ENR de l’opérateur historique.

S’exprimant devant un parterre de journalistes, Béatrice Buffon a reconnu que les recours déposés ces dernières semaines par des associations à l’encontre des projets de parcs de Fécamp (498 mégawatts électriques), Saint-Nazaire (480 MWe) et Courseulles-sur-Mer (450 MWe) allaient faire perdre une année, au moins, à l’énergéticien. «Les premières éoliennes pourront être en mer en 2020, et les parcs mis en service en 2021/2022», a indiqué à l’AFP la directrice générale adjointe d'EDF EN en charge des activités maritimes.

Ségolène Royal a annoncé, ce mercredi 23 novembre, le lancement officiel de l’appel d’offres éolien en mer posé, au large de l’île d’Oléron. Les pouvoirs publics devront dans un premier temps définir une zone où pourront être implantées plusieurs dizaines de turbines géantes. Ce projet bénéficiera des nouveautés de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV): procédure de dialogue concurrentiel, étude de risque réalisée par des établissements publics, autorisation environnementale unique, traitement contentieux accéléré…r

EDF EN dispose désormais de toutes les autorisations administratives pour lancer les travaux. Mais tous les arrêtés préfectoraux ont été contestés par des associations anti-éolien et écologistes, qui critiquent notamment l'impact visuel des éoliennes, leur impact sur le milieu marin et la sécurité des navires.

Seule compétente sur les recours concernant l'éolien en mer, la cour administrative d'appel de Nantes dispose d’un délai d’un an pour se prononcer. EDF EN «s'attend à avoir un jugement avant l'été 2017, ce qui nous permettrait une première décision d'investissement fin 2017», a précisé Béatrice Buffon.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus