Eolien marin: l’alliance EDF-Alstom-Dong tiendrait la corde

Le 02 avril 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Alstom pourrait imposer son éolienne.
Alstom pourrait imposer son éolienne.
Valéry Laramée de Tannenberg

L’information n’est pas officielle. Mais elle fait déjà tanguer les énergéticiens. Selon Les Echos, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) aurait fait son choix, en milieu de semaine passée, entre les porteurs de projets éoliens marins.

Selon nos confrères, la préférence du régulateur des marchés français de l’électricité et du gaz irait aux 4 projets présentés par l’alliance EDF Energies nouvelles (EDF EN), Alstom et l’énergéticien danois Dong à Fécamp (Seine-Maritime), Courseulles-sur-mer (Calvados), Saint Brieuc et Saint Nazaire (Côtes-d'Armor). L’appel d’offres lancé sur le site de Dieppe-Le Tréport (Seine-Maritime) (pour lequel seul le consortium GDF Suez-Areva CDC Infrastructures est candidat) serait, quant à lui, déclaré infructueux.

Purement consultative, la décision de la CRE –si elle est confirmée par le gouvernement- signerait le démarrage de l’industrie éolienne marine française. Elle accorderait, en effet, à la filiale d’EDF et à ses alliés un marché de 2.300 gigawatts: un investissement dont le montant devrait osciller entre 7 et 8 milliards d’euros. Du jamais vu, en France! Elle signerait aussi une sévère défaite pour GDF Suez et ses partenaires.

Sur quoi les experts et les commissaires de la CRE se sont-ils appuyés pour rendre un tel jugement? D’abord, sur le prix de vente du courant qui sera produit par les futurs champs d’éolienne. Depuis quelques jours, des «sources proches du dossier» évoquent les prix «agressifs» proposés par le consortium mené par EDF Energies nouvelles. La création d’activités et d’emplois locaux ont aussi fait l’objet d’un examen attentif par le gendarme de l’énergie. Dans le cahier des charges de l’appel d’offres «éolien offshore», les critères industriels et sociaux représentent 40% de la note finale: autant que le coût de production!

Côté industriel, EDF EN a mis le paquet. La filiale d’EDF est le seul soumissionnaire à l’appel d’offres à avoir prélevé des échantillons du sol marin dans tous les sites, histoire de valider ses solutions d’ancrage. Une sage précaution: «Nous avons découvert que les cartes marines étaient, de ce point de vue, peu précises. Cela nous a évité de faire des choix techniques qui se seraient révélés très coûteux par la suite», nous déclarait récemment Béatrice Buffon, directrice du développement d’EDF EN.

De son côté, Alstom prévoit d’établir 4 usines à Saint-Nazaire et à Cherbourg pour fabriquer tous les composants-clés de l’éolienne: de quoi créer 5.000 emplois pérennes, dont «1.000 emplois directs», affirme le groupe français. En parallèle, Alstom Wind (ex-Ecotechnia) entend implanter, dans les ports de Saint-Nazaire, Brest (Finistère), Cherbourg (Manche) et Le Havre (Seine-Maritime), jusqu’à 8 unités de construction de fondation et d’assemblage des éoliennes. Quatre centres d’exploitation-maintenance seront établis dans les ports de La Turballe (Loire-Atlantique), Saint-Quay-Portrieux (Côtes-d'Armor), Caen-Ouistreham (Calvados) et Fécamp. Au total, ce sont 7.500 emplois qui pourraient être ainsi créés, promet le consortium: 1.500 de plus qu’annoncés par Gérard Mestrallet, le patron de GDF Suez, lors d’un récent déplacement en Normandie.

Certes, l’alliance menée par GDF Suez a fait grand cas du manque de maturité de l’éolienne présentée par ses concurrents. Il est vrai que Héliade 150 (6 mégawatts unitaire) n’a fait ses premiers tours de pales que ces derniers jours. Mais seuls 6 exemplaires de la turbine concurrente, la M5000 d’Areva Wind (une machine de 5 MW développée par Multibrid, une entreprise rachetée en 2007 par Areva) fonctionnent effectivement.

Quoi qu’il en soit, la décision gouvernementale devrait être rendue publique d’ici la fin de la semaine prochaine. Si tout va bien.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus