Eolien: les fondations ne sont plus éternelles

Le 27 février 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le béton et les ferrailles sont intégralement recyclés.
Le béton et les ferrailles sont intégralement recyclés.
Quadran

Il est plus facile, techniquement et économiquement, d’enlever la totalité des fondations des turbines que de les araser, comme le préconise la législation.

C’est l’un des arguments favoris des anti-éolien qui prend l’eau: l’éternité des fondations. Il est de bon ton de s’insurger contre les aérogénérateurs au motif, entre autres, que leurs fondations en béton resteraient ad vitam aeternam dans le sol. Une pollution insupportable aux yeux des défenseurs du patrimoine naturel. La menace de bétonnage perpétuel semble pourtant s’éloigner.

50.000 euros par mât

Depuis 2011, la réglementation prévoit que le propriétaire d’un parc éolien consigne 50.000 euros par mât pour financer la remise en état des terrains, l’élimination ou la valorisation des déchets générés. L’enveloppe doit financer le démantèlement de l’éolienne et de son mât, l’enlèvement des câbles électriques et l’arasement, sur une profondeur d’un mètre, des fondations. Une dernière disposition qui se révèle complexe et coûteuse à mettre en œuvre. «Cela implique de couper à la main des centaines de fers à béton», explique Samuel Neuvy.

Et le responsable développement de Quadran ne parle pas à la légère. La filiale Renouvelables du groupe Direct Energie vient de renouveler son parc éolien de Goulien, dans le Finistère.

160 tonnes de béton et d’acier

Mises en service en 2000 (dans le cadre de l'appel d'offres Eole 2005 !), les 8 turbines Neg Micon de 750 kilowatts (kW) unitaires ont été démontées, au début du mois, pour être recyclées par Guyot Environnement. Les 8 massifs, de 130 mètres cubes chacun (soit plus de 160 tonnes de béton et d’acier), ont finalement été intégralement enlevés. «Concassé, l’intégralité du béton sera recyclé en granulats et les métaux seront récupérés par un ferrailleur. Le produit de la vente de ces matériaux finance l’extraction totale du massif», se réjouit Samuel Neuvy, pour qui cette pratique est appelée à se généraliser. L’économie circulaire au service des énergies renouvelables, que demander de plus?

Les fosses ne resteront pas ouvertes très longtemps. De nouvelles fondations doivent être coulées pour supporter 8 nouvelles machines Enercon de 800 Kw unitaires. Si le calendrier est tenu, elles injecteront leurs premiers MWh à la fin de l’été.

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus