Eolien en mer: lancement du 3e appel d'offres

Le 04 avril 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La capacité du parc oscille entre 500 et 1000 MW.
La capacité du parc oscille entre 500 et 1000 MW.
DR

Et de trois! Ce lundi 4 avril, le ministère en charge de l’énergie a ouvert le troisième appel d’offres sur l’éolien en mer au large de Dunkerque, «zone identifiée comme présentant des conditions favorables à l’implantation d’éoliennes en mer posées».

Deux zones nordistes étaient en compétition, l’une au large de Dunkerque, l’autre à proximité de Berck-sur-Mer.

Dans son communiqué, le ministère de l’environnement indique «que cette démarche se caractérisera par plusieurs nouveautés, visant à réduire les coûts et à simplifier les procédures»:

  • un ‘dialogue concurrentiel’, qui permettra d’échanger avec les candidats afin de préciser le cahier des charges et de leur donner la possibilité d’améliorer leurs offres au cours de la procédure;
  • des études de levée des risques liés au vent, à la houle, à la profondeur et à la composition des sols seront réalisées par des établissements publics avant la remise définitive des offres;
  • enfin, la concession d’occupation du domaine public maritime sera attribuée au lauréat en même temps que l’appel d’offres.

Ces dispositions seront précisées par une ordonnance et un décret qui doivent être publiés prochainement, après examen du Conseil d’Etat.

Si l’Hôtel de Roquelaure ne mentionne aucune puissance électrique à installer, les observateurs tablent sur une capacité fluctuant entre 500 et 1.000 mégawatts. Modeste, au regard des besoins des industriels. «Les annonces de la ministre ce jour ne sont qu’une première étape pour parvenir à la compétitivité et à la structuration industrielle. Nous demandons que le lancement de nouveaux projets soit décidé et qu’ils fassent l’objet d’une programmation d’appels d’offres à l’instar des autres filières comme le photovoltaïque», explique un communiqué du syndicat des énergies renouvelables.

Deux appels d’offres concernant l’éolien en mer posé ont déjà été lancés : l’un en 2011, qui a permis l’attribution de 4 zones pour une capacité totale de près de 2.000 MW, situées au large des communes de Fécamp, Courseulles-sur-Mer, Saint-Brieuc et Saint-Nazaire; l’autre en 2013 pour l’installation de 1.000 MW répartis sur deux zones au large du Tréport et des îles d’Yeu et de Noirmoutier.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus