Eolien: combiner financements et acceptabilité

Le 25 janvier 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Au premier jour des 13e Assises de l’énergie —dont le Journal de l’environnement est partenaire— un atelier a fait salle comble, hier 24 janvier. Son intitulé «Eolien, quelles retombées pour les territoires?» avait de quoi intéresser élus locaux et techniciens de collectivités.

Des retombées somme toute assez faibles, à en croire un rapide calcul présenté par Thomas Duffes. «Dans une configuration classique, où la collectivité ne fait qu’accueillir les éoliennes sur son territoire, elle recueille à peine 7.200 euros/mégawatt de retombées fiscales annuelles», estime le chargé de mission Energies renouvelables d’Amorce.

Ce qui représente, environ, une dizaine de pourcents du chiffre d’affaires annuel de la ferme éolienne. Pas cher payé pour des années de débats, d’élaboration de zones de développement éolien (ZDE) et d’éventuels recours.

Vice-président de l’association Energie partagée, Jacques Quantin rappelle «qu’au Danemark, la législation impose aux fermes éoliennes d’ouvrir une partie de leur capital aux riverains». Une idée qui pourrait être reprise par le comité de liaison Energies renouvelables dans ses propositions aux candidats à la présidentielle.

Jaques Pallas a choisi d’aller plus loin. Le maire de Saint-Georges-sur-Arnon (Indre) a créé une société d’économie mixte (SEM). Celle-ci a su convaincre des partenaires financiers d’investir avec elle 66 M€ dans la réalisation de deux fermes éoliennes (46 MW au total). Propriétaire des exploitations, la SEM touche, depuis deux ans, les revenus de l’électricité rachetée par EDF: entre 133.000 et 122.000 € par an, selon le régime du vent.

Et cela change tout pour ce village de 600 âmes. «A la grande jalousie des édiles voisins, nous avons déjà abrogé la taxe d’habitation», se réjouit Jacques Pallas qui n’entend pas en rester là. Saint-Georges-sur-Arnon va lancer la construction d’un éco-quartier. Et la mairie envisage aussi de subventionner les travaux d’isolation et de récupération d’eau de ses administrés. «Des administrés qui ont bien compris l’intérêt qu’ils retirent de leurs éoliennes», conclut l’ancien cheminot.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus