Environnement: les jésuites à la recherche du temps perdu

Le 17 septembre 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'ordre des jésuites a été approuvé en 1540 par le pape.
L'ordre des jésuites a été approuvé en 1540 par le pape.
DR

Le plus puissant ordre religieux catholique s’intéresse enfin à l’environnement. Mais ses actions restent encore modestes.

La publication de l’encyclique du pape François sur l’écologie commence à produire ses effets… à l’intérieur de l’église. Dernier épisode en date: les membres de la Compagnie de Jésus commencent à s’y intéresser. «L’encyclique, la visite du pape à l’ONU, la COP 21, tous ces événements montrent que la question de l’écologie est dans l’agenda. Il était normal que les jésuites s’y convertissent», résume Arnaud de Rolland, assistant du provincial de France des jésuites.

Et la conversion n’a pas été rapide. Voilà des décennies que les papes appellent à protéger l’environnement. Dès 1971, dans une lettre apostolique, Paul VI tire déjà la sonnette d’alarme: «par une exploitation inconsidérée de la nature [l’être humain] risque de la détruire et d’être à son tour victime de cette dégradation.» Ses successeurs le suivront dans cette trace.

Plus de 40 ans de discours

Dans sa première encyclique, datant de 1979, Jean-Paul I s’énerve que l’être humain semble «ne percevoir d’autres significations de son milieu naturel que celles de servir à un usage et à une consommation dans l’immédiat.» Même le très austère Benoît XVI a admonesté ses centaines de millions d’ouailles. Dans un discours prononcé, en 2007, devant les ambassadeurs auprès du Saint-Siège, le seul pape démissionnaire a invité l’humanité «à éliminer les causes structurelles des dysfonctionnements de l’économie mondiale et à corriger les modèles de croissance qui semblent incapables de garantir le respect de l’environnement.»

Il aura donc fallu plus de quarante ans pour que l’un des principaux ordres religieux catholiques entende l’évêque de Rome. Amusant, si l’on se souvient que les jésuites prononcent un vœu de «spéciale obéissance au souverain pontife.» Un détail: l’actuel successeur de Saint-Pierre est aussi le premier pape de l’histoire issu de la Compagnie de Jésus. Ceci explique peut-être cela?

Diffuser la bonne parole

Comment ces prêtres, que l’on retrouve plus fréquemment dans les écoles ou les laboratoires que dans les rangs écolos, se sont-il mis au vert? Comme parties prenantes aux sujets de société. Durant le débat national sur la transition énergétique, les revues de la compagnie se sont, à plusieurs reprises, interrogées sur l’adéquation entre la transition énergétique et la lutte contre la précarité énergétique. Les clercs verts diffusent aussi la bonne parole. L’équipe du Centre de recherche  et d’action sociale (Ceras) viennent d’éditer une édition commentée de la fameuse lettre encyclique Laudato Si’. «L’encyclique n’aura de force que si elle portée par le peuple des Chrétiens», justifie le père Bertrand Hériard-Dubreuil.

Festival catho de l’environnement

Les jeunes ne sont pas oubliés. Début octobre, le Centre Sèvre organise, à Paris, InigoLib, le premier «festival catho sur l’écologie». Au menu: ateliers de réflexion, temps de prière et dîner surprise. L’engagement vert des jésuites devrait s’affirmer à quelques jours de l’ouverture du sommet climatique de Paris (la COP 21). Les compagnons de Jésus franciliens accueilleront quatre groupes de pèlerins qui d’Asie, d’Afrique, de Scandinavie et des îles britanniques auront marché jusqu’à Paris dans l’espoir d’y trouver un accord sur le climat. Durant la COP 21, les jésuites promettent d’organiser des séminaires sur le réchauffement et de commenter sur Twitter l’évolution des tractations. Les voix du seigneur sont désormais audibles sur l’Internet.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus