Environnement et climat : les prétendants aux trônes

Le 30 avril 2010 par Elise Poudevigne
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Un nouveau gouvernement sortira des élections britanniques. Et les portefeuilles de l’environnement et du climat sont déjà convoités. Portraits des candidats.

 

Les paris sont ouverts : qui prendra la tête des ministères de l’environnement et de l’énergie dans le gouvernement britannique, après les élections du 6 mai ? Si les « gouvernements fantômes » (« shadow cabinets ») des conservateurs et des libéraux-démocrates permettent d’y voir clair, la surprise reste entière côté travailliste.

 

 

Côté conservateur, Nick Herbert, a été nommé secrétaire d’Etat « fantôme » à l’environnement, à l’alimentation et aux affaires rurales en juin 2009. Elu d’Arundel and South Downs (sud de l’Angleterre), il a participé à l’émergence de la CountrysideAlliance , mouvement en faveur du développement du monde rural, dont l’un des chevaux de bataille est la fin de l’interdiction de la chasse. Nick Herbert est aussi « convaincu que trop de pouvoirs ont été transférés à l’Union européenne et que le processus doit non seulement s’arrêter, mais s’inverser pour redonner aux parlements nationaux les pouvoirs qui leurs appartiennent ».

Greg Clark, son homologue « fantôme » au ministère de l’énergie et du changement climatique a été élu en 2005 dans la circonscription de Royal Tunbridge Wells (sud-est du pays). Très au fait des questions liées aux transports, il s’est beaucoup impliqué dans l’extension de routes à quatre voies reliant sa région à Londres, l’amélioration de réseaux de bus et l’augmentation du nombre des pistes cyclables de sa circonscription. Greg Clark s’intéresse aussi à ses sujets « fantômes ». Ces derniers mois, il a dirigé la rédaction de documents programmatiques pour les tories : « Une économie à faible empreinte carbone : sécurité, stabilité et croissance verte »  et « Reconstruire la sécurité : la politique énergétique des conservateurs adaptée à un monde incertain » .

 

Chez les libéraux-démocrates, le parti le plus europhile de ces élections, Tim Farron a été nommé candidat au ministère de l’environnement, de l’alimentation et des affaires rurales (le Defra). Elu de Wesmorland and Lonsdale (Combrie, régions des lacs au nord-ouest de l’Angleterre), ce « LibDem » de toujours (il a adhéré à l’âge de 16 ans) a travaillé dans l’éducation pendant 10 ans, avant de s’engager en politique. Bon connaisseur de l’agriculture de montagne (ça existe en Angleterre !), Tim Farrom a été porte-parole du monde rural, en 2007, avant de suivre, un an plus tard, toutes les questions traitées par le Defra.

Simon Hughes, porte-parole des LibDem sur les questions liées à l’énergie, est un vétéran de la politique. Elu à North Southmark and Bermondsey (sud de Londres) depuis 1983, cet avocat de formation s’est engagé depuis longtemps sur des thèmes tels que l’éducation, l’égalité des chances, la justice et les droits de l’homme. Il a brigué, sans succès, la mairie de Londres en 2004. Simon Hughes a été nommé secrétaire d’Etat « fantôme » du DECC en janvier 2009.

 

Pas facile de prévoir qui seront les prochains ministres travaillistes de l’environnement ou du climat. A la tête du ministère de l’énergie et du climat (le DECC), Edward Miliband fait partie des proches du premier ministre Gordon Brown. Membre du gouvernement depuis trois ans, il a été le premier titulaire du poste, créé en octobre 2008. Au Defra, son alter ego n’est autre que Hilary Benn. « Tombé dans la politique » quand il était petit (chez les Benn on est parlementaire depuis 4 générations), le député de Leeds n’est pas un professionnel de l’environnement. Son métier, c’est d’être ministre. Depuis 2001, il a obtenu les portefeuilles du développement international, des prisons et de l’environnement. Rien ne dit donc qu’il restera à son poste, même en cas de victoire des travaillistes.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus