Entrée en vigueur formelle du protocole de Göteborg

Le 19 mai 2005 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le 17 mai est entré en vigueur le protocole de Göteborg sur la réduction de l'acidification, de l'eutrophisation et de l'ozone troposphérique. Adopté le 30 novembre 1999, sous l'égide de la Commission économique pour l'Europe des nations unies (CEE-ONU) (1), dans le cadre de la Convention sur la pollution atmosphérique transfrontière de longue distance, ce texte vise à réduire les émissions de soufre, d'oxydes d'azote, d'ammoniac et de composés organiques volatils (Cov), causées par des activités anthropiques et susceptibles d'avoir des effets nocifs sur la santé, les écosystèmes naturels, les matériaux et les cultures. Il fixe ainsi des valeurs limites d'émissions pour certaines activités (centrales électriques, voitures, camions, etc.) et exige la suppression des Cov des peintures et des aérosols. Les experts estiment que ce protocole devrait permettre de réduire en Europe de 63% les émissions de soufre, de 41% les émissions de NOx (oxydes d'azote), de 40% celles de Cov, et de 17% celles d'ammoniac par rapport aux niveaux de 1990.



(1) Le protocole a été signé par 31 pays et ratifié par 17: Allemagne, Danemark, Espagne, États-Unis, Finlande, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Roumanie, République Tchèque, Slovaquie, Slovénie, Suède, Union européenne.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus